Appel à communication pour la journée d’étude : Avatars contemporains du Marchand de Venise

 

Journée d’études : Avatars contemporains du Marchand de Venise
Organisée par le laboratoire CRIDAF/Pléiade de Paris 13
et la société savante RADAC
Vendredi 28 mars 2014, université Paris 13
Le Marchand de Venise est une œuvre qui met mal à l’aise à toutes les époques. Son ambiguïté morale, fondée sur l’ambivalence de ses personnages principaux – autant le « Marchand » du titre, Antonio, que son créditeur le Juif Shylock – a fait d’elle, au fil des siècles, la caution de l’antisémitisme le plus virulent autant que celle de la tolérance la plus avancée ; celle des valeurs de la société marchande la plus agressive autant que celle de sa critique la plus radicale.
Plusieurs dramaturges anglophones contemporains – Juifs, essentiellement, pour des raisons qui se comprennent aisément – ont récrit cette pièce si dérangeante ou ont produit des variations sur Shylock, son personnage emblématique. La revue Coup de theatre publiera en janvier 2014, dans un volume intitulé Autour de Shylock : variations contemporaines, deux de ces œuvres inédites en France : celle de Julia Pascal (The Merchant of Venice : The Shylock Play) et celle d’Arnold Wesker (Shylock), ainsi qu’un chapitre de dialogue entre ces deux auteurs sur leur travail respectif.
Les récritures totales ou partielles du Marchand de Venise, les réemplois plus ou moins décalés de ses personnages abondent au théâtre, au cinéma, dans la littérature ou les arts plastiques. Comme le souligne Chantal Meyer-Plantureux dans Les Enfants de Shylock (Bruxelles, Complexes, 2005), l’ombre de Shylock, ce personnage devenu archétypal, hante le théâtre français à partir du XIXe siècle, qu’il s’agisse du théâtre de boulevard ou du théâtre d’avant-garde. Mais il en va de même dans les autres cultures (de langue anglaise, notamment) et dans les autres arts : que l’on songe au Fagin du roman Oliver Twist (Dickens, 1839 – revisité en 2003 par le bédéiste Will Eisner), à la composition du personnage de Corbaccio par  Charles Dullin dans le Volpone cinématographique de Maurice Tourneur (1941), ou à certaines images d’Epinal (le jeu du Juif errant). Le Marchand de Venise, sous des formes diverses, est finalement très présent notre paysage culturel contemporain.
Une journée d’études intitulée Avatars contemporains du Marchand de Venise se tiendra à l’université Paris 13 le vendredi 28 mars 2014 pour se pencher sur les présences contemporaines de cette œuvre. À travers ces résurgences contemporaines, il s’agira de s’interroger sur les problèmes éthiques et artistiques liés à l’ambivalence, au tabou moral, à l’anachronisme, à la question de l’époque et de ses reflets, au type de visibilité des minorités opprimées qu’entretient l’histoire culturelle. Comme le démontre, entre autres, Donna Haraway dans Modest Witness (Routledge, 1997), nul ne peut prétendre à la posture de « témoin modeste » et prétendument objectif d’un monde toujours en mouvement. Comment donc intégrer dans une histoire les attaques du passé contre des minorités, surtout après Hitler ? Quelle histoire de l’art et de la littérature faut-il dès lors refonder ? Aucune récriture du Marchand de Venise ne peut prétendre à l’innocence dépolitisée d’un simple plaisir citationnel. Les deux questions principales que posait la pièce au départ, celle de l’antisémitisme et celle de la naissance et du développement en flèche du capitalisme, sont encore aujourd’hui des clés politiques, morales et historiques essentielles pour la culture, la littérature et l’art.
Une sélection d’articles sera publiée dans Coup de theatre online, revue électronique de la société savante RADAC à paraître en 2014.
Merci d’envoyer vos propositions accompagnées d’une bio-bibliographie d’1/2 page conjointement à Anne Etienne (a.etienne@ucc.ie), Agathe Torti-Alcayaga (agathetorti@yahoo.fr), Laïla Ghermani (lghermani@gmail.com) et Anne Larue (analastrada@gmail.com) avant le 05 janvier 2014. Une réponse sera donnée le 10 janvier 2014.

Publié par

Anne Sinha

MCF en langue et littérature latines Secrétaire du laboratoire Pléiade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.