Appel à communications « Les discours métalinguistiques »

COLLOQUE  « LES DISCOURS METALINGUISTIQUES 2 »
Appel à communications

L’axe 4 de Pléiade-CRIDAF (CRIDAF EA453, Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité) organise un colloque sur le thème suivant : Les discours métalinguistiques.

 
Cette journée aura lieu à l’université de Paris 13 le vendredi 20 mars 2015 sur le site de Villetaneuse.Comité d’organisation :
Viviane Arigne, Christiane Migette

Comité scientifique :
Viviane Arigne (Université Paris 13, France), Nicolas Ballier (Université Paris Diderot-Paris 7, France), Philippe Bourdin (Université York, Toronto, Canada), Pierre Cotte (Université Paris-Sorbonne Paris 4, France), Philippe De Brabanter (Université Libre de Bruxelles, Belgique), Ilse Depraetere (Université Charles de Gaulle-Lille 3, France), Jean-Michel Fortis (CNRS et Université Paris Diderot-Paris 7, France), Brendan Gillon (Université McGill, Montréal, Canada), Geneviève Girard-Gillet (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, France), Jacqueline Guéron (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, France), James Hampton (City University, Londres, Royaume Uni), Christiane Migette (Université Paris 13, France), Philip Miller (Université Paris Diderot-Paris 7, France), Sara Mondini (Université de Padoue, Italie), Michael Stubbs (Université de Trèves, Allemagne)

Langue des communications : français, anglais

Soumission des propositions de communications :

• la date limite de soumission des abstracts est le mardi 8 juillet 2014
• les propositions doivent être anonymes et être envoyées au format pdf. Elles ne doivent pas dépasser trois pages A4, bibliographie et schémas (ou tableaux) éventuels compris.
• merci d’envoyer votre proposition en document attaché aux 2 adresses électroniques suivantes :
viviane.arigne[at]orange.fr
christiane.migette[at]univ-paris13.fr
• dans le titre de votre message, merci de préciser « Colloque DiscMét 20 mars 2015 »
• dans le texte de votre message accompagnant le document attaché merci de donner les informations suivantes : i) titre de votre proposition, ii) nom, prénom, adresse géographique, affiliation, adresse électronique (informations à donner pour chacun des auteurs dans le cas où il y a plusieurs auteurs).Notifications d’acceptation : samedi 15 novembre 2014

 
• Les discours métalinguistiques. Théorisations et recherche linguistique
Ce colloque se propose de poursuivre la réflexion sur la diversité des théories et théorisations linguistiques qui avait été lancée par le CRIDAF-EA453 en 2012. Il est conçu comme l’approfondissement du champ d’étude ouvert par cette première rencontre, dont l’objectif était de mener une réflexion sur les résultats de la recherche linguistique et les appareils théoriques, dans une perspective de linguistique anglaise et de linguistique générale. S’ajoutera en 2015 une orientation nouvelle qui est celle de l’articulation de la linguistique avec d’autres disciplines et champs de recherche connexes, tels que la philosophie et la philosophie du langage, la psychologie et les neurosciences.

– La recherche linguistique s’exprime dans chacun de ses domaines d’étude que sont la phonologie, la morphologie, la syntaxe et la sémantique. Elle est en outre traversée de courants théoriques divers (guillaumien, générativiste, énonciativiste, cognitiviste…) et attribue volontiers des noms à ses courants ou sous-courants (théorie des traces, théorie du liage, grammaires de construction, grammaires cognitives…). A cela, s’ajoutent des étiquettes renvoyant à des méthodes et des pratiques (linguistique de terrain, linguistique de corpus, traitement automatique des langues…). Tout cela conduit à une prolifération terminologique aussi bien qu’à une prolifération des discours tenus par les linguistes sur un même phénomène, et à une fragmentation du savoir.
– Par ailleurs, d’autres disciplines décrivent et analysent la langue, avec leurs présupposés et traditions théoriques propres. On pense à certains domaines de la philosophie comme l’ontologie ou la logique, à ce qui est connu sous le nom de philosophie analytique, à la psychologie ou aux neurosciences, comme par exemple les neurosciences computationnelles.

 
Il s’agira d’une part de soumettre à l’examen et, éventuellement, de confronter des discours métalin­guis­­tiques afin d’évaluer leur pouvoir descriptif et explicatif, et de voir d’autre part comment les théorisations des disciplines connexes évoquées ci-dessus peuvent s’articuler à certaines constructions théoriques proprement linguistiques.

La réflexion peut emprunter plusieurs voies :
– Dans une perspective interdisciplinaire, on pourra étudier les éventuels apports de ces disciplines à la théorisation linguistique et à un savoir sur la langue, ainsi que la façon dont leurs discours théoriques peuvent être adaptés à la théorisation linguistique ; on étudiera les éventuelles convergences d’analyses menées indépendamment dans tel ou tel champ disciplinaire.
• Certains termes de ces disciplines connexes se retrouvent en linguistique : renvoient-ils aux mêmes concepts ? A-t-on affaire aux mêmes objets ou aux mêmes problématiques ? Est-il possible de penser le passage d’un objet à un autre ? L’importation de tel ou tel concept est-elle légitime en linguistique? L’objet linguistique n’est-t-il pas, de par sa nature linguistique, doté de spécificités irréductibles ? Est-il possible de décrire ces spécificités ?
• Dans cette même perspective, on pourra également s’interroger sur les enseignements que la linguistique peut tirer de la fréquentation des autres disciplines : connaissance de la langue, enseignements méthodologiques…
– Dans une perspective intra-disciplinaire, certaines propositions ou descriptions théoriques trouvent parfois une traduction dans une autre théorie. On peut alors tenter de voir si, et en quoi, l’une ou l’autre de ces façons de faire ou postures théoriques est plus adaptée à la nature des phénomènes que l’on se propose de décrire.
• De même, on pourra réfléchir sur les théorisations de la linguistique anglaise en France dans la deuxième moitié du XXe siècle qui se sont données comme énonciatives. Dans la mesure où les théories énonciatives sont construites sur un soubassement de type cognitif, certains de leurs résultats peuvent-ils être rapportés et, le cas échéant, confrontés à ce que proposent les grammaires qui se donnent le nom de cognitives ?
• Une théorisation particulière comble-t-elle, par endroits, les lacunes d’une autre ? Par exemple, en apportant des définitions, en clarifiant les niveaux de description où elle opère…
• Telle présentation donnée comme nouvelle évite-t-elle répétition et psittacisme ? Les résultats et la réflexion sont-ils vraiment nouveaux ?
• La traduction d’une théorie dans une autre passe parfois par certains abandons théoriques de concepts, postures, ou raisonnements, dont est montré le caractère non nécessaire. Que convient-il d’éliminer, que convient-il de garder ?Les propositions d’intervention pourront se focaliser sur un phénomène linguistique unique vu à travers différentes approches, l’analyse détaillée de tel raisonnement mis en œuvre, la définition même de concepts… Elles pourront également porter sur des questions d’interface entre la linguistique et un autre champ disciplinaire, l’étude d’un même phénomène par deux disciplines différentes, les diverses modalités de mise en œuvre d’un concept…  L’éventail proposé n’est bien entendu pas exhaustif. Ces propositions concerneront des analyses de linguistique anglaise, ou de linguistique contrastive incluant l’anglais.

Pléiade-CRIDAF (EA453, Université Paris13, Sorbonne Paris Cité)
http://pleiade.hypotheses.org
axe 4 : Circulations, transferts, adaptations
thème 4 : Courants linguistiques, discours et langues : constructions et ajustements

 
Call for papers

« METALINGUISTIC DISCOURSES »
Axis 4 of Pléiade-CRIDAF (Université Paris 13-Sorbonne Paris Cité) is organising a conference on the topic of ‘Metalinguistic discourses’.

The conference will take place at the Université Paris 13 in Villetaneuse on Friday 20 March 2015.Organising committee:
Viviane Arigne, Christiane Migette

Scientific committee
Viviane Arigne (Université Paris 13, France), Nicolas Ballier (Université Paris Diderot-Paris 7, France), Philippe Bourdin (York University, Toronto, Canada), Pierre Cotte (Université Paris-Sorbonne Paris 4, France), Philippe De Brabanter (Université Libre de Bruxelles, Belgium), Ilse Depraetere (Université Charles de Gaulle-Lille 3, France), Jean-Michel Fortis (CNRS and Université Paris Diderot-Paris 7, France), Brendan Gillon (McGill University, Montreal, Canada), Geneviève Girard-Gillet (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, France), Jacqueline Guéron (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, France), James Hampton (City University London, United Kingdom), Christiane Migette (Université Paris 13, France), Philip Miller (Université Paris Diderot-Paris 7, France), Sara Mondini (Università degli Studi di Padova, Italy), Michael Stubbs (Universität Trier, Germany)

Languages: French, English

Deadline for submissionsTuesday 8 July 2014

• abstracts should be anonymous and be sent in pdf format. They should not exceed three A4 pages including references and tables.
• please send your submission to:
viviane.arigneatorange.fr and christiane.migetteatuniv-paris13.fr
• please mention in the title of your message ‘Colloque DiscMét 20 mars 2015’
• your e-mail should state your name, the title of your paper, geographical address, institutional affiliation and e-mail address.Notifications of acceptance15 November 2014

Metalinguistic discourses. Theorization and linguistic research
The aim of this conference is to conduct an inquiry into the heterogeneity and variety of linguistic theories and linguistic theorization, by assessing the results of linguistic research as well as various theoretical frameworks, whether in English or general linguistics.

This conference is a follow-up of the first conference organized by CRIDAF-EA453 in 2012 on the topic of linguistic theories and theorization. Its purpose is to go deeper into the field of study initially explored by that first meeting, which aimed at assessing the results of linguistic research as well as various theoretical frameworks, both in English or general linguistics. While still addressing issues internal to linguistics, this second conference will also focus on the relationship of linguistics with other disciplines, studying how linguistics interfaces with related fields of study such as philosophy and philosophy of language, psychology and neurosciences.

Contemporary linguistic research is diverse and uses a great variety of concepts and terms, which pertain to its fields of study (phonology, morphology, syntax, semantics), to its various theoretical trends (Guillaume’s psycho-mechanics, generativist, enunciativist, cognitivist trends, etc.) or sub-trends (trace theory, binding theory, construction grammars, cognitive grammars, etc.). Other labels are used to refer to methods or working practices, such as field linguistics, corpus linguistics, automatic treatment of natural languages. All this leads to a proliferation of theoretical terms as well as theoretical discourses and to the consequent fragmentation of knowledge. Besides, other disciplines describe and analyse languages using their own traditional modes of thinking and theoretical presuppositions. One thinks, for example, of the subfields of philosophy such as ontology and logic, what is known as analytic philosophy, psychology or neurosciences (for instance computational neurosciences).

The discussions will try to analyse and possibly confront metalinguistic theoretical discourses so as to evaluate their descriptive and explanatory power, and to study how theorization within the aforementioned related disciplines can interface with other theoretical constructs belonging to linguistics proper. The issue can be approached from various angles.

From an interdisciplinary point of view, a possible approach would be to study the way these disciplines may have contributed to linguistic theorization and to knowledge about language and languages, as well as the way their theoretical discourses can be adapted to linguistic theorization; one may also focus on the possible convergence of analyses conducted independently in one particular domain of study.
• Some of the terms used in these related disciplines are also found in linguistics: do they refer to the same concepts? Do we deal with the same objects or the same issues? Can one conceive of, and describe, the transition from one type of object to another? Is the use of this or that borrowed concept legitimate in linguistics? Because they pertain to linguistics, do linguistic objects not have irreducible specificities? Can those specificities be described?
• In the same line of thought, one can also investigate the lessons linguistics can draw from its association with other disciplines: knowledge about language, method…
From an intra-disciplinary point of view, some theoretical or descriptive stances sometimes translate rather easily into another theoretical framework. One may try to see how one particular stance is better adapted to the empirical phenomena one is endeavouring to analyse.
• One may also study the theoretical frameworks English linguistics has given itself in France in the second half of the 20th century. Insofar as enunciativist theories acknowledge some kind of underlying cognitive basis, can some of their results be related to some of the propositions put forward by those grammars which call themselves cognitive?
• Does one type of theorization make up for the shortcomings of another, for example, by giving explicit definitions, or clarifying its levels of description? Conversely, does one theoretical presentation which is given as new succeed in escaping repetition and theoretical psittacism? Does it actually break new ground?
• Translating one theory into another sometimes implies abandoning certain theoretical concepts,   stances or ways of reasoning which are shown to be no longer crucial or necessary. What should the linguist discard and what should he retain? 

Papers may focus on one particular linguistic phenomenon seen through different approaches, the thorough analysis of an argument, or the definition of concepts. They can also concentrate on the  problems of interface between linguistics and other disciplinary fields, the study of what appears to be one particular phenomenon by two different disciplines, the various ways one concept is understood and implemented… The suggested list is by no means exhaustive. All papers should deal with English linguistics, or contrastive linguistics including the study of English.