Appel à communication : Maladie(s) du pouvoir : dialogues du pathologique et du politique

 

Appel à communication

Maladie(s) du pouvoir : dialogues du pathologique et du politique

Organisateurs : Dominique Memmi, Stanis Perez.

La journée d’étude se veut interdisciplinaire (histoire, sciences politiques, sociologie) et transpériodique puisqu’elle se propose de rassembler des travaux (achevés ou en cours) autour de la relation entre pouvoir et maladie, à la fois au niveau des conséquences des états pathologiques sur les puissants mais aussi au niveau de l’exercice du pouvoir, dans ses dérives ou par sa critique, comme une forme de maladie.

La figure du Prince malade est un poncif des systèmes monarchiques qui ne pensent la transmission du pouvoir qu’au moment du décès ou de l’abdication. En parallèle, l’exercice du pouvoir, de l’Antiquité à nos jours, est censé être synonyme d’une souffrance ou d’une fatigue en même temps qu’une forme de passion susceptible de déboucher sur la tyrannie et la cruauté, conçues alors comme des manifestations d’une forme de folie alimentée par l’autorité et la démesure qu’elle implique souvent. Les images du dictateur fou, paranoïaque ou cyclothymique, du monarque narcissique, apathique ou pervers, interrogent sur l’usage normatif de catégories médicales, genrées, morales et politiques qui sont étroitement associées, et au-delà de toute métaphore, dans le verdict ou le diagnostic historique.

 

L’objectif est d’étudier les interactions entre pouvoirs et états pathologiques (décrits comme tels au moment où ils se manifestent ou longtemps après) tant dans le cas d’une perturbation de l’autorité que dans celui d’une critique médicale de la puissance souveraine et de ses agents (dans les régimes autoritaires ou autres). L’enjeu est d’observer le dialogue entre politisation des faits pathologiques (la maladie du Prince est une crise politique) et, à l’inverse, la médicalisation du politique (les erreurs de gouvernance témoignent d’une déviance du Prince ou du régime voire d’une « maladie » plus globale du système).

 

Depuis l’Antiquité, l’exercice du pouvoir est scruté en tant que pratique exposée à des risques et des aléas multiples. L’ « ivresse » à laquelle on l’associe est en soi une expression révélatrice, à partir du langage courant, de la tendance à lire et à interpréter les actes déviants ou excessifs du pouvoir souverain comme les effets d’une maladie du Prince (When Illness Strikes the Leader, J. M. Post, R. S. Robins (dir.), Yale University Press, 1993). Entre les périodes antiques et modernes, les systèmes politiques ont eu tendance à centraliser, à des échelles différentes, la prise de décision en accentuant l’importance des épisodes pathologiques ou des handicaps dont pouvaient souffrir les dirigeants ou les dirigeantes (X. Le Person, « Practiques » et « practiqueurs ». La vie politique à la fin du règne de Henri III, Droz, 2002 ; S. Perez, La santé de Louis XIV. Une biohistoire du roi-Soleil, rééd., Perrin, 2010). Les cas de tyrans sanguinaires, d’empereurs fous, de rois goutteux ou impuissants, de reines névrosées, de successeurs handicapés ou « simples d’esprit », ont ponctué l’Histoire. Et ces topoi ont été renouvelés au cours de la période moderne dans une optique plus ou moins juridique : le roi de France a beau avoir deux corps, comme son homologue anglais, il souffre et meurt comme à peu près n’importe qui (R. Giesey, Le Roi ne meurt jamais, Flammarion, 1987/ S. Perez, « Le roi meurt un jour », introduction à La Mort des rois, Millon, 2006). Mais si chacun en convient, le droit successoral ferme les yeux sur la maladie pour ne tenir compte que du décès : pour le juriste, le Prince ne serait-il jamais malade ?

Au 19e et 20e s, les figures protéiformes du souverain, du président, voire du dictateur, ont renouvelé cette vision tout en restant fidèle à l’utilisation de métaphores ou de descriptions relevant du discours médical (la problématique est aussi abordée dans des ouvrages de vulgarisation : P. Accoce, P. Rentchnik, Ces malades qui nous gouvernent, Stock, rééd., 1996 ; D. Owen, In Sickness and in Health : The Politics of Medicine, Quartet Books, 1976). Les figures inquiétantes du monstre, du pervers, du paranoïaque sont entrées dans les annales de régimes plus ou moins dictatoriaux en instaurant un dialogue tacite entre politique et médecine (synthèse transculturelle par A.-M. Moulin, Le Médecin du Prince, O. Jacob, 2010), entre état pathologique et droit naturel, entre médecine, genre et nation (E. Dorlin, La Matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, La Découverte, 2006). Tombés malades « naturellement » ou rendus tels par leur fonction, le Pater Patria comme le dictateur, de Caligula à Hitler, semblent enfermés dans un tableau pathologique qui tente de diagnostiquer et d’évaluer l’action politique à la lueur du discours médical voire spécifiquement psychiatrique, que ce soit au sens littéral (D. Pick, The Pursuit of the Nazi Mind : Hitler, Hess, and the Analysts, Oxford University Press, 2012) ou, plus classiquement, métaphorique (S. Sontag, La Maladie comme métaphore, rééd., Bourgois, 2009).

Si les épisodes de maladie fragilisent théoriquement l’autorité personnelle, l’exercice de la puissance souveraine, qu’elle se fonde sur un contrat social, sur un coup d’Etat ou sur le droit divin, rendent toujours complexe la question de la santé d’une personne censée être publique. Et, dans bien des cas, celle-ci tend à dissimuler son état réel (à ce que l’historien, le journaliste et/ou le médecin peuvent en connaître notamment pour des périodes reculées, cf. la thèse d’histoire de M. Winter, soutenue à l’EHESS en 2003, « Corps, maladie et pouvoir à l’époque carolingienne »). La raison d’Etat censure souvent les bulletins de santé en esquivant le problème de la compétence physique et mentale de la dirigeante ou du dirigeant (le cas Mitterrand-Gubler est-il réellement exceptionnel ? voir, pour d’autres pays, R. Mc Dermott, Presidential Leadership, Illness, and Decision Making, Cambridge University Press, 2008) en même temps qu’elle peut aussi être considérée, dans ses dérives autoritaires, paternalistes ou répressives, comme le symptôme d’une maladie dont souffriraient, au final, tous les régimes. A ce titre, il revient aux sociologues, politistes et aux historien.ne.s de clarifier les choses en interrogeant une sémantique du pouvoir qui varie peu sur la longue durée.

 

Les communications retenues, qu’elles relèvent du champ historique, politique, sociologique ou anthropologique, s’inscriront au moins dans l’un des trois axes méthodologiques suivants :

-utiliser un ou plusieurs exemples concrets traités sous forme d’étude de cas (cf. J.- Cl. Passeron, J. Revel, Penser par cas, Ed. de l’EHESS, 2005), en  contextualisant l’exemple choisi (si possible de façon interdisciplinaire) et en le confrontant à un modèle qu’il valide ou non.

-déconstruire le déterminisme trivial qui associe les errements du pouvoir à la déviance d’un individu ou d’un groupe, qui relie l’excès ou le déficit d’autorité à une manifestation pathologique. Evidemment, cette lecture constitue elle-même un objet historique ou sociologique dans la mesure où elle exprime une critique du pouvoir.

-trier et analyser les notions et catégories, forcément normatives, qui permettent de penser, de dire ou de critiquer, la faiblesse, la mauvaise santé ou la brutalité excessive (considérée comme pathologique) de l’empereur, du roi, du/ de la président.e, du leader, du tyran, etc.

 

Un résumé de la communication envisagée (300 mots maximum) et un CV (accompagné d’une bibliographie sélective des travaux réalisés sur le thème de la manifestation) devront parvenir avant le 21 juillet 2014.

 

Comité scientifique :

 

Catherine Achin, Université de Paris XII-Créteil, CRESPPA

Xavier Le Person, Université de Paris IV-Sorbonne, IEP Paris

Frédérique Matonti, Université de Paris I-Panthéon Sorbonne, CRPS/CNRS

Dominique Memmi, CNRS/CSU, MSH Paris-Nord

Stanis Perez, Université de Paris 13, Pléiade, MSH Paris-Nord

Benjamin Stora, Université Paris 13, Pléiade, IEN

Contact : Stanis Perez (stanis.perez@mshparisnord.fr)

 

 

Appel à communication : MIQUEL BARCELÓ, PORTRAITS / AUTOPORTRAITS

MIQUEL BARCELÓ, PORTRAITS / AUTOPORTRAITS
17 et 18 décembre 2014
Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité
Appel à communications
Ce colloque international s’intéressera aux portraits et autoportraits peints ou dessinés par l’artiste ainsi qu’aux portraits de celui-ci réalisés par les subjectivités des critiques d’art, des photographes et des cinéastes. Il s’agira de s’interroger sur la façon dont Barceló révèle l’identité de ses modèles, mais également de voir comment d’autres artistes ont cherché à rendre compte de son oeuvre, de sa vision de l’art et de son histoire.
Artiste aux collaborations multiples, n’hésitant pas à mettre son art au service des textes, du Nouveau Testament à la Divine Comédie en passant par les récits de Paul Bowles et de Michel Butor, Miquel Barceló a pu dire du Christ modelé pour la chapelle du Saint-Sacrement de la cathédrale de Palma de Majorque qu’il l’avait réalisé comme un autoportrait. Nous proposons d’apprécier la place de l’autoportrait dans l’ensemble de son oeuvre intime ou publique, qu’elle soit destinée à un espace profane ou à un espace sacré.
Parmi ces deux axes, nous retiendrons notamment :
De Miquel Barceló :
– Les portraits et autoportraits de l’artiste.
– L’autobiographie dans ses différents cahiers (image et texte) et illustrations.
Sur Miquel Barceló :
– Les portraits photographiques de Jean-Marie del Moral, Toni Amengual, Agustí Torres et Óscar Fernández Orengo.
– Les portraits filmés consacrés au peintre réalisés par Isaki Lacuesta, Jean-Louis Comolli et Luis Ortas.
– Les portraits d’Hervé Guibert, de Dore Ashton, d’Enrique Juncosa ou de Michael Damiano.
Ces pistes ne sont pas exhaustives. Les propositions (2000 caractères maximum, espaces compris, au format .doc) sont à envoyer à Cécile Vincent-Cassy (vincentcassy@wanadoo.fr) et Brice Castanon-Akrami (brice.castanon@univ-paris13.fr) avant le 15 mai 2014. Les communications pourront se faire en français, en espagnol ou en anglais. Une notification d’acceptation sera envoyée le 15 juillet 2014.
Brice Castanon-Akrami et Cécile Vincent-Cassy

Vernissage de l’exposition « Homenaje a Zurbarán », le jeudi 20 mars à partir de 12h30.

Homenaje a Zurbaran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La rencontre entre Charlotte Massip et le peintre Francisco de Zurbarán se fait par les corps des saintes. À travers eux, la graveuse les décompose, recompose. Elle nous oblige à parcourir leur image. Les organes sont mêlés, éparpillés, comme des pièces détachées.

Charlotte Massip n’est pas dans une démarche de croyante. Le travail qu’elle poursuit depuis plusieurs années sur le corps, les écorchés, l’anatomie, notamment féminine, a trouvé un puissant écho dans les tableaux de Zurbarán, et inspiré ses gravures à taille humaine. Ses saintes racontent une histoire de corps. Cécile Vincent-Cassy les a mis en mots. Dans ces textes faits pour être lus en regardant les oeuvres, les jeunes femmes s’adressent aux spectateurs à la première personne, rappelant leur histoire.

Les étudiants de l’atelier d’écriture de l’université Paris 13 se sont aussi livrés à l’exercice de la mise en mots de l’image. Ils ont écrit des textes inspirés par les gravures de Charlotte Massip et les tableaux de Zurbarán.

 

Vernissage le jeudi 20 mars à partir de 12h30

Date : du 18 mars au 11 avril 2014
Lieu : Café expo – Villetaneuse

Journée d’étude « Avatars contemporains du Marchand de Venise » le 28 mars

marchand
AVATARS CONTEMPORAINS DU MARCHAND DE VENISE 
En présence de la dramaturge Julia Pascal, auteure de The Merchant of Venice: the Shylock Play
Date : 28 mars 2013, 10h-18h
Lieu : université Paris 13, campus de Villetaneuse, bâtiment LSHS, salle C304
(http://www.univ-paris13.fr/acces-aux-campus.html)
Organisateurs :  Pléiade /CRIDAF  (Paris 13) ; RADAC (RADAC.fr)
Programme :
10h-10h30 = Accueil des participants et introduction de la journée
10h30-11h10 = Saunders, Graham, Reader in Theatre Studies. Université de Reading (Grande-Bretagne) : Anyone for Venice? Shakespeare’s The Merchant of Venice and Arnold Wesker’s Shylock.
11h10-11h50 = Peeters, Annie, chercheuse indépendante, RADAC : Shylock d’Arnold Wesker et Variations on the Merchant of Venice de Charles Marowitz : deux réécritures contemporaines du Marchand de Venise de William Shakespeare.
11h50-12h30 = Mézergues, Juliette, docteure de l’université Bordeaux III, comédienne, metteure en scène : Shylock face à Hitler : le rêve de Greenberg enfin réalisé.

12h30-14h = Déjeuner
14h-14h40 = Guinle, Francis, professeur Honoraire, université Lyon 2, / professeur, université de Jendouba (Tunisie) : Le Marchand de Venise à l’opéra au XXe siècle.

14h40-15h20 = Mari, Catherine, MCF, Université de Pau : Shylock’s Daughter : Shylock réhabilité ou la fantaisie cathartique.
15h20-16h = Goriely, Serge, chargé de cours à Université catholique de Louvain (Belgique), auteur dramatique, cinéaste : Fassbinder, l’argent et les Juifs – Regard sur Les ordures, la ville et la mort.16h-16h20 = Pause-café
16h20-17h = Starkier, Isabelle, MCF, Université d’Évry, actrice, metteure en scène : Texte et contexte : Comment (dé)monter le Marchand de Venise aujourd’hui ?
17h-17h40 = Danièle Kahn-Paycha, Professeur, Université Paris Ouest-Nanterre, « Exit Jew » : Shylock peut-il vraiment quitter la scène ?
Clôture de la journée
L’entrée est libre et gratuite. Toutefois, pour des raisons d’organisation, merci de m’envoyer un mail si vous prévoyez d’y assister. Agathe Torti-Alcayaga agathetorti@yahoo.fr
Argumentaire :
Le Marchand de Venise a toujours mis ses publics mal à l’aise. Son ambiguïté morale, l’ambivalence de ses personnages principaux – le « Marchand » du titre autant que son créditeur le Juif Shylock – a fait d’elle, au fil des siècles, la caution de l’antisémitisme le plus virulent autant que celle de la tolérance la plus avancée ; celle des valeurs de la société marchande la plus agressive autant que celle de sa critique la plus radicale.
Plusieurs dramaturges anglophones ont récrit peu ou prou cette pièce si dérangeante. La revue Coup de theatre, dans un volume intitulé Autour de Shylock : variations contemporaines publié cette année, a présenté la traduction de deux de ces pièces inédites en France : The Merchant of Venice : The Shylock Play de Julia Pascal et Shylock d’Arnold Wesker.
Cette journée d’études se penchera sur les présences contemporaines du Marchand de Venise. À travers ces résurgences, il s’agira de s’interroger sur les problèmes éthiques et artistiques liés à l’ambivalence, au tabou moral, à l’anachronisme, à la question de l’époque et de ses reflets, au type de visibilité des minorités opprimées qu’entretient l’histoire culturelle, nul ne pouvant prétendre à la posture de témoin modeste prétendument objectif d’un monde toujours en mouvement. Comment donc intégrer dans une histoire les attaques du passé contre des minorités, surtout après Hitler ? Quelle histoire de l’art et de la littérature faut-il dès lors refonder ? Aucune récriture du Marchand de Venise ne peut prétendre à l’innocence dépolitisée d’un simple plaisir citationnel. Les deux questions principales que posait la pièce au départ, celle de l’antisémitisme et celle de la naissance et du développement en flèche du capitalisme, sont encore aujourd’hui des clés politiques, morales et historiques essentielles pour la culture, la littérature et l’art.

Atelier épistémologique « Les émotions du.de la chercheur.se. » le 28/03/2014 10h-13h, en D300

 

Les émotions du.de la chercheur.se.

Partages et traitements pluridisciplinaires entre subjectivité et réflexivité

 

Atelier épistémologique de l’équipe Pléiade animé par Marie-Anne Paveau

Vendredi 28 mars 2014, 10h00 – 13h00

Ce second atelier annuel de l’axe 1 de l’équipe Pléiade « Penser les pluridisciplinarités. Épistémologies et pratiques » s’interrogera sur la manière dont le.a chercheur.se en sciences humaines construit une position scientifique qui tient compte de ses émotions et de son système de valeurs. Cette question, anciennement traitée en anthropologie et en ethnologie, est plus récemment prise en compte en histoire, et encore quasiment impensée en sciences du langage, sauf dans des secteurs très spécifiques comme la sociolinguistique et l’interactionnisme. Elle ouvre des questionnements importants, notamment autour de la neutralité de la science et de la co,ception de la connaissance. Les chercheur.se.s qui interviendront dans cette matinée, un historien et trois linguistes analystes du discours, essaieront de penser la nature et le rôle du « désir épistémologique » et des « émotions épistémiques » à travers leurs terrains respectifs.

Informations pratiques

Vendredi 28 mars 2014, 9h30-12h30, Université de Paris 13 Sorbonne Paris Cité, UFR LSHS, salle D 300, 2e étage

Pour venir à Paris 13, 99, av. J.-B. Clément, Villetaneuse : gare du nord départ banlieue en surface, arrêt gare d’Epinay-Villetaneuse puis bus 156, 354 ou 356, arrêt Université Paris 13

 

Programme

 

  •  François PEREA, Université de Montpellier 3, UMR Praxiling

Corpus sensibles / chercheurs sensibles : quelques aspects méthodologiques, relationnels et institutionnels

Mon parcours de chercheur est jalonné de corpus que l’on qualifie de « sensibles ». Il est notamment marqué par des rencontres avec des « objets » de recherche qui sont des personnes, des sujets, côtoyés au long cours et réduits, dans l’analyse, à un symptôme ou un stigmate  (« l’alcoolique » par exemple). De plus, certaines de ces recherches se déploient dans des espaces incontournables d’un point de vue anthropologique  mais peu valorisés voire critiqués dans le paysage scientifique des sciences du langage (l’ivresse, la jouissance…) ce qui entraîne certaines réactions institutionnelles affectant le chercheur.

De ce point de vue, corpus sensible renvoie tout autant aux conditions de la recherche qu’aux subjectivités en présence (l’enquêté, le chercheur, la communauté universitaire…) et à leurs émotions. La recherche s’en trouve imprégnée et le chercheur doit adapter, sortant parfois des cadres préétablis, sa démarche méthodologique et éthique, comme il doit gérer, auprès de ses collègues et de l’institution, une image de lui-même et de sa recherche affectées par ces espaces sensibles.

Références

Desclaux A., 2008, « L’éthique médicale appliquées aux sciences humaines et sociales : pertinence, limites, enjeux et ajustements nécessaires », dans Bulletin de la Société de Pathologie Exotique, vol. 101, no 2.

Baude O. (coord.), 2006, Corpus Oraux. Guide des bonnes pratiques, éd. Presses universitaires Orléans / CNRS éditions.

Doucet H., 2010, « De l’éthique de la recherche à l’éthique en recherche », dans Ethique publique, vol. 12, n°1.

Laurens S.  et Neyrat F., 2010, Enquêter : de quel droit ? Menaces sur l’enquête en sciences sociales, éd. du Croquant.

Perea F. et Morenon J., 2009, Langage et clinique de l’alcoolisme, Presses universitaire de la Méditerranée.

Roux S., 2010, « La transparence du voile : critique de l’anonymisation comme impératif déontologique », dans Enquêter : de quel droit ? Menaces sur l’enquête en sciences sociales

Informations sur François Perea

– page personnelle Praxiling Montpellier 3 : http://www.praxiling.fr/perea-francois.html

– site personnel : http://www.pling.fr/

– l’HDR de François Perea à Paris 13 : http://penseedudiscours.hypotheses.org/12753

 

  •  Ivan JABLONKA, Université de Paris 13, EA Pléiade

Écrire l’histoire des siens

Dans quelle mesure l’historien peut-il assumer sa part de subjectivité et d’individualité, pour s’inscrire dans une filiation non pas intellectuelle, comme il est courant, mais biologique ? Un essai de biographie familiale peut constituer à la fois une expérience micro-historique recourant au changement d’échelles et une réflexion sur les exigences de distance et de réflexivité qui s’imposent au chercheur. Il permet également de mettre en évidence les vertus épistémologiques de l’émotion.

Références

De Waal, Edmund, The Hare With Amber Eyes. A Hidden Inheritance, Londres, Random House, 2010 (trad. La Mémoire retrouvée, Paris, Albin Michel, 2011).

Dewerpe, Alain, Charonne, 8 février 1962. Anthropologie historique d’un massacre d’État, Paris, Gallimard, 2006.

Friedländer, Saul, Quand vient le souvenir…, Paris, Seuil, 1978.

Jisheng, Yang, Stèles. La Grande Famine en Chine, 1958-1961, Paris, Seuil, 2012 (2008).

Marrou, Henri-Irénée, De la connaissance historique, Paris, Seuil, 1954.

Mendelsohn, Daniel, The Lost. A Search for Six of Six Million, New York, HarperCollins, 2006 (trad. Les Disparus, Paris, Flammarion, 2007).

Morin, Edgar, Vidal et les siens, Paris, Seuil, 1989.

Nora, Pierre (dir.), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987.

Ricœur, Paul, Histoire et vérité, Paris, Seuil, coll. « Points Essais », 1955.

Stora, Benjamin, Les Trois Exils. Juifs d’Algérie, Paris, Hachette littératures, 2008.

Informations sur Ivan Jablonka

– page personnelle Pléiade-CRESC : http://bit.ly/1hj9H3i

– page personnelle La vie des idées : http://www.laviedesidees.fr/_Jablonka-Ivan_.html

– à propos de son ouvrage Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus : Ivan Jablonka, fils d’orphelin | L’Histoire http://bit.ly/1hj9ptm

 

  • Catherine RUCHON et Marie-Anne PAVEAU, Université de Paris 13, EA Pléiade

Le discours rapporté, une réponse à la violence du viol et du deuil

L’analyse du discours, parce qu’elle travaille sur des corpus empiriques et non fabriqués, peut parfois se pencher sur des discours difficilement audibles et/ou lisibles sur le plan éthique, émotionnel ou moral. On présentera ici des travaux impliquant deux types de violence, le deuil et le viol.

Catherine Ruchon présentera une réflexion sur le discours médical tel que le rapportent les parents endeuillés. La violence de ces discours n’est perceptible que par cet effet ricochet du discours rapporté, effet qui se répercute sur la chercheuse, par un effet de projection et une forme d’empathie. Cette empathie semble ouvrir une voie d’accès aux émotions éventuellement perçues et transmises par les agents énonciateurs des corpus analysés.

Catherine Ruchon s’appuiera notamment sur les travaux de Catherine Kerbrat-Orecchioni pour exposer la difficulté (l’impossibilité ?) d’« observer » l’émotion dans un corpus et sur le concept de « bonheur conversationnel » d’Antoine Auchlin pour aborder le thème du malentendu discursif.

Marie-Anne Paveau observera un corpus natif en ligne ayant trait au viol, le tumblr Project Unbreakable, consacré, de manière tout à fait spécifique et singulière, à la parole rapportée des violeurs : sur ce blog sont publiées des photographies représentant des femmes (ou des hommes, très minoritaires) tenant une pancarte où elles ont rapporté les paroles de leur violeurs pendant leur viol. Les marques très explicites de discours rapporté, comme les guillemets ou les jeux typographiques, encadrent leur désir ou besoin de parler dans un but de réappropriation du pouvoir sur leur corps notamment (Butler 2002, 2004) et leur volonté de protéger les autres femmes par la publication douloureuse de leur parole. Devant ce corpus, qui relève d’une parole produite en ligne par des corps-discours (Paveau 2014), la chercheuse doit faire quelque chose de son émotion, de sa souffrance empathique, de  sa colère et de son dégoût également.

Références

Auchlin Antoine, 1991, « Le bonheur conversationnel : fondements, enjeux et domaines », Cahiers de linguistique française, N°12, Genève, Université de Genève : 103-126.

Auchlin Antoine, 2000, « Grain fin et rendu émotionnel subtil dans l’observation des interactions : sur le caractère « trans-épistémique » des attributions d’émotions », dans Plantin, Doury et Traverso (eds), Les émotions dans les interactions, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, coll. « Éthologie et psychologie des communications » : 197-207.

Butler J., 2002 [1997], La Vie psychique du pouvoir. L’Assujettissement en théories [The Psychic Life of Power], préface de Catherine Malabou, traduction de Brice Matthieussent, Paris, Leo Scheer.

Butler J., 2004 [1997], Le Pouvoir des mots. Politique du performatif [Excitable Speech: A Politics of the Performative], traduction de Charlotte Nordmann avec la collaboration de Jérôme Vidal, Paris, Editions Amsterdam.

Kerbrat-Orecchioni Catherine, 2000, « Quelle place pour les émotions dans la linguistique du XXe siècle ? », dans Plantin, Doury et Traverso (eds), Les émotions dans les interactions, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, coll. « Éthologie et psychologie des communications » : 33-74.

Paveau M.-A. 2014 (à par.), « Quand les corps s’écrivent. Discours de femmes à l’ère du numérique », dans Bidaud É. (dir.), Recherches de visages. Une approche psychanalytique, Paris, Hermann.

Informations sur Catherine Ruchon

– carnet de recherche : http://materdolorosa.hypotheses.org/

Informations sur Marie-Anne Paveau

– page personnelle Pléiade-CENEL : http://bit.ly/1gwSSjK

– carnet de recherche : http://penseedudiscours.hypotheses.org/

 

 

 

 

 

 

Parution : Variations contemporaines autour de Shylock

Cher(e)s collègues,

La société savante RADAC a le plaisir de vous annoncer la parution d’un numéro hors série de sa revue Coup de Théâtre intitulé Variations contemporaines autour de Shylock. Ce numéro contient deux pièces inédites en français de Julia Pascal et Arnold Wesker, ainsi qu’un entretien entre les deux auteurs. (voir le sommaire ci-dessous).

Vous pouvez commander l’ouvrage au prix de 20 euros en téléchargeant le bon de commande depuis la page d’accueil de notre site Internet : http://www.radac.fr.

VARIATIONS CONTEMPORAINES AUTOUR DE SHYLOCK
Anne Etienne / Agathe Torti-Alcayaga (Ed.)

Avant-propos
Susan BLATTES (p. 5)

Introduction
Anne ÉTIENNE et Agathe TORTI-ALCAYAGA (p. 7)

Arnold Wesker, Shylock
texte français d’Anne ÉTIENNE et Raymond GARDETTE (p. 13)

Julia Pascal, Le Marchand de Venise : La Pièce de Shylock
texte français d’Agathe TORTI-ALCAYAGA (p. 113)

Interview between Arnold Wesker and Julia Pascal
conducted by Anne ÉTIENNE for RADAC (p. 205)

Traduction française de l’entretien entre Arnold Wesker et Julia Pascal.
Texte français d’Anne ÉTIENNE et Agathe TORTI-ALCAYAGA (p. 229)

 

Les Contemporains – séance du 10 avril 2014

Programme Les Contemporains (lauréat IDEX Sorbonne Paris Cité)

organisation : Céline Flécheux (Paris 7 Paris Diderot) et Magali Nachtergael (Paris 13 Nord, porteuse principale)

La prochaine séance du séminaire Les Contemporains. Littérature, arts visuels, théorie poursuit son exploration des croisements entre littérature et arts contemporains et sera l’occasion d’une rencontre inédite entre l’écrivaine Célia Houdart et l’artiste Guillaume Paris, sur une proposition de l’historienne de l’art Clélia Nau, maître de conférences à l’Université Paris 7.

Jeudi 10 avril 2014

Célia HOUDART

et

Guillaume PARIS

séance proposée et animée par Clélia NAU

18h-20h


Célia Houdart
est auteur de romans publiés chez POL, de textes d’inspirations plastiques ou de pièces sonores (dont Oiseaux-Tonnerre, 2013, ici illustré). On a pu la voir l’an dernier sur scène à l’université Paris 13 pour une séance Texto avec Mickaël Phelippeau dans leur création commune Enjoy the Silence (2013) à l’occasion du Festival Concordanse(s).

Célia Houdart, Oiseaux-Tonnerre (courtesy C.H.)
Guillaume Paris, artiste d’envergure internationale, formé à New York, Paris et Londres, enseigne depuis 2001 à l’ENSBA de Paris (Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts). H.U.M.A.N.W.O.R.L.D est un grand projet qu’il poursuit depuis une vingtaine d’années. Il est connu pour réagencer des codes et iconographies familiers  dans un environnement neutralisé, qu’il « défamiliarise » par des opérations de déplacement (Go Away Evil, 2001), réinterprétation plastique ou réduction burlesque (True Spirit, 1992, Untitled, 1989-90).

Guillaume Paris (courtesy de l'artiste)

Horaire et lieu

Jeudi 10 avril 2014
18h – 20h
Université Paris 7 – Paris Diderot
Grands Moulins
salle 682C – 6e étage – bâtiment C
 
Esplanade Pierre Vidal-Naquet (en face de Bétonsalon)
RER – M° Bibliothèque François Mitterrand
 

Contact : info.lescontemporains@gmail.com
Site : http://contemporains.hypotheses.org