Lancement « La fiction aujourd’hui » // numéro Itinéraires LTC // 5 février // Terrasse Gutenberg

Chères et chers collègues, 

veuillez trouver l’annonce de lancement du dernier numéro paru de la revue Itinéraires. Littérature, textes, cultures, qui se tiendra exceptionnellement à la librairie La Terrasse de Gutenberg dans le 12e arrondissement

de la part de la coordinatrice du numéro, Cécile de Bary (Université Paris 7 Paris Diderot),

Christèle Couleau et Magali Nachtergael

Revue Itinéraires LTC (Pléiade / ex-CENEL)

—-

Mercredi 5 février 2014, à 19 heures, Cécile De Bary, Claire Colin et Isabelle Dangy présenteront La Fiction aujourd’hui, numéro de la revue Itinéraires, LTC (Cenel – Pléiade, Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité). 

Cécile de Bary, La fiction aujourd'hui, ILTC, vol. 1, 2013
Cécile de Bary, La fiction aujourd’hui, ILTC, vol. 1, 2013

   Depuis les années 1980, il est devenu possible d’envisager une transitivité de l’écriture et, par là, les univers imaginaires produits par l’écriture fictionnelle, ainsi que le pacte qui fonde leur existence. La question de la fiction est donc devenue une question théorique importante. En même temps, les écrivains ont pu assumer leurs inventions fictionnelles, sans pour autant oublier les acquis critiques de la période antérieure.

  Aujourd’hui, quel bilan peut-on tirer de ces pratiques ? Quelles innovations proposent les auteurs ? Le numéro aborde des genres comme l’autofiction et la biofiction. Il montre comment le surnaturel, l’historique ou plus largement le réel peuvent intervenir dans les fictions et comment opèrent certaines formes de distanciation. Il étudie les leurres et les jeux fictionnels actuels, à travers notamment la catégorie du romanesque. Il tente de construire une relation dynamique entre théorie et critique littéraire.

 

 

La rencontre sera suivie d’un pot.

Librairie La Terrasse de Gutenberg,
9 rue Emilio Castelar

M° Ledru-Rollin

Appel à communication pour la journée d’étude : Avatars contemporains du Marchand de Venise

 

Journée d’études : Avatars contemporains du Marchand de Venise
Organisée par le laboratoire CRIDAF/Pléiade de Paris 13
et la société savante RADAC
Vendredi 28 mars 2014, université Paris 13
Le Marchand de Venise est une œuvre qui met mal à l’aise à toutes les époques. Son ambiguïté morale, fondée sur l’ambivalence de ses personnages principaux – autant le « Marchand » du titre, Antonio, que son créditeur le Juif Shylock – a fait d’elle, au fil des siècles, la caution de l’antisémitisme le plus virulent autant que celle de la tolérance la plus avancée ; celle des valeurs de la société marchande la plus agressive autant que celle de sa critique la plus radicale.
Plusieurs dramaturges anglophones contemporains – Juifs, essentiellement, pour des raisons qui se comprennent aisément – ont récrit cette pièce si dérangeante ou ont produit des variations sur Shylock, son personnage emblématique. La revue Coup de theatre publiera en janvier 2014, dans un volume intitulé Autour de Shylock : variations contemporaines, deux de ces œuvres inédites en France : celle de Julia Pascal (The Merchant of Venice : The Shylock Play) et celle d’Arnold Wesker (Shylock), ainsi qu’un chapitre de dialogue entre ces deux auteurs sur leur travail respectif.
Les récritures totales ou partielles du Marchand de Venise, les réemplois plus ou moins décalés de ses personnages abondent au théâtre, au cinéma, dans la littérature ou les arts plastiques. Comme le souligne Chantal Meyer-Plantureux dans Les Enfants de Shylock (Bruxelles, Complexes, 2005), l’ombre de Shylock, ce personnage devenu archétypal, hante le théâtre français à partir du XIXe siècle, qu’il s’agisse du théâtre de boulevard ou du théâtre d’avant-garde. Mais il en va de même dans les autres cultures (de langue anglaise, notamment) et dans les autres arts : que l’on songe au Fagin du roman Oliver Twist (Dickens, 1839 – revisité en 2003 par le bédéiste Will Eisner), à la composition du personnage de Corbaccio par  Charles Dullin dans le Volpone cinématographique de Maurice Tourneur (1941), ou à certaines images d’Epinal (le jeu du Juif errant). Le Marchand de Venise, sous des formes diverses, est finalement très présent notre paysage culturel contemporain.
Une journée d’études intitulée Avatars contemporains du Marchand de Venise se tiendra à l’université Paris 13 le vendredi 28 mars 2014 pour se pencher sur les présences contemporaines de cette œuvre. À travers ces résurgences contemporaines, il s’agira de s’interroger sur les problèmes éthiques et artistiques liés à l’ambivalence, au tabou moral, à l’anachronisme, à la question de l’époque et de ses reflets, au type de visibilité des minorités opprimées qu’entretient l’histoire culturelle. Comme le démontre, entre autres, Donna Haraway dans Modest Witness (Routledge, 1997), nul ne peut prétendre à la posture de « témoin modeste » et prétendument objectif d’un monde toujours en mouvement. Comment donc intégrer dans une histoire les attaques du passé contre des minorités, surtout après Hitler ? Quelle histoire de l’art et de la littérature faut-il dès lors refonder ? Aucune récriture du Marchand de Venise ne peut prétendre à l’innocence dépolitisée d’un simple plaisir citationnel. Les deux questions principales que posait la pièce au départ, celle de l’antisémitisme et celle de la naissance et du développement en flèche du capitalisme, sont encore aujourd’hui des clés politiques, morales et historiques essentielles pour la culture, la littérature et l’art.
Une sélection d’articles sera publiée dans Coup de theatre online, revue électronique de la société savante RADAC à paraître en 2014.
Merci d’envoyer vos propositions accompagnées d’une bio-bibliographie d’1/2 page conjointement à Anne Etienne (a.etienne@ucc.ie), Agathe Torti-Alcayaga (agathetorti@yahoo.fr), Laïla Ghermani (lghermani@gmail.com) et Anne Larue (analastrada@gmail.com) avant le 05 janvier 2014. Une réponse sera donnée le 10 janvier 2014.

Atelier thématique de l’axe 1 « genre et race », animé par S. Capanema et F. Ramdani le 17 janvier à 13h30

 

Équipe de recherche PLÉIADE, université de Paris 13 Sorbonne Paris Cité

Premier atelier organisé par l’axe 1 :

« Penser les pluridisciplinarités. Épistémologies et pratiques »

Atelier thématique « Genre et race », 17 janvier, 13h30, UFR LSHS, salle C 204

animé par Silvia Capanema et Fatma Ramdani

 

Argument

 

Nous aimerions, à partir de ces deux concepts « marginaux », montrer en quoi ils apportent un nouveau regard sur nos sociétés. Ce sont deux notions porteuses d’une dimension politique et qui ont été notamment très développés dans le cadre des études anglo-saxonnes et, par extension au Brésil. Notre objectif pour cet atelier est de faire dialoguer les approches d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique, dans une perspective de trandisciplinarité et de transnationalisation des études. Notre réflexion cherchera à mettre en relief l’interdisciplinarité à partir de trois principales thématiques : le militantisme (ou engagement) ; le double silence/mise en évidence, la visibilité ou l’invisibilité de la « race » ou du « genre » dans les représentations politiques et sociales.

 

 

Intervenantes invitées

Jules Falquet, Université Paris 7 Diderot, spécialiste de la théorie et épistémologie féministe, imbrication des rapports sociaux, théories décoloniales.

 

Roseli Barbos, université Paris 8, spécialiste de la représentation des femmes noires dans la fiction brésilienne dans une perspective qui historicisante à la lumière des nouvelles revendications identitaires.

 

 

Pour venir à Paris 13, 99, av. J.-B. Clément, Villetaneuse : gare du nord départ banlieue en surface, arrêt gare d’Epinay-Villetaneuse puis bus 156, 354 ou 356, arrêt Université Paris 13

 

Prochaine séance de l’atelier de lecture théorique, 20 janvier 2014 14h

Lundi 20 janvier, 14h-16h, D116

Matthieu Renault (chercheur associé à « Les Afriques dans le Monde » -CNRS, Sciences Po Bordeaux, et postdoctorant au CRIDAF/Pléiade, Université Paris 13)

Étude de C. L. R. James, « Mariners, Renegades and Castaways. The Story of Herman Melville and the World We Live In » (1953).