Publication de « L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales » d’I. Jablonka

couv HLC

« L’histoire n’est pas fiction, la sociologie n’est pas roman, l’anthropologie n’est pas exotisme, et toutes trois obéissent à des exigences de méthode. À l’intérieur de ce cadre, rien n’empêche le chercheur d’écrire. La littérarité des sciences sociales ne renvoie pas à une technique, mais à un choix : le chercheur est placé devant une possibilité d’écriture. Concilier sciences sociales et créativité littéraire, c’est tenter d’écrire de manière plus libre, plus originale, plus juste, plus réflexive, non pour relâcher la scientificité de la recherche, mais au contraire pour la renforcer.
Réciproquement, une possibilité de connaissance s’offre à l’écrivain : la littérature est douée d’une aptitude historique, sociologique, anthropologique. Les écrits du réel – reportages, enquêtes, récits de vie, témoignages – forment une littérature ouverte sur le monde, traversée par des raisonnements, désireuse non seulement de représenter le réel, mais de le comprendre. Écrire pour dire du vrai.
Comme l’histoire peut être une littérature contemporaine, la littérature a quelque chose d’une histoire contemporaine ; et l’on pourrait dire la même chose des autres sciences sociales. Il y a là des perspectives nouvelles pour le siècle qui s’ouvre. »
Ivan Jablonka

Éditeur et écrivain, Ivan Jablonka est professeur d’histoire à l’université Paris 13. Ce livre fait suite à Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus. Une enquête (Seuil, « La Librairie du XXIe siècle », 2012 ; « Points Histoire », 2013

Parution de « L’Enfant-Shoah » sous la direction d’Ivan Jablonka

L’ouvrage

Pendant la Seconde Guerre mondiale, un million et demi d’enfants juifs ont été assassinés. En 1945, ceux qui vivent encore sont, à proprement parler, des survivants. Cachés pendant la guerre, rescapés des camps, orphelins, confiés à des maisons d’enfants ou élevés par des parents brisés, tous sont voués à grandir dans l’ombre de la Shoah. Comment se construire lorsqu’on porte un si lourd héritage ? Qu’ils aient grandi en France, en Grande-Bretagne, en Pologne, en Israël, aux États-Unis, ces enfants ont appris un métier, se sont mariés, ont mené leur vie comme tout un chacun. Ils ont raconté – ou omis de raconter – leurs épreuves à leurs propres enfants, qui sont devenus, nolens volens, les dépositaires de leur histoire.

Table des matières

Préface de Boris Cyrulnik

I. Enfances d’après-guerre

Audrey KICHELEWSKI (Université de Strasbourg) et Judith LINDENBERG (EHESS) – « Les enfants accusent ». Témoignages d’enfants survivants dans le monde polonais et yiddish

Maggie KIRSH (University of Wisconsin-Madison) – La politique de placement des enfants en Grande-Bretagne et en Palestine

Kathy HAZAN (Œuvre de secours aux enfants) – Les collectivités d’enfants juifs en France après la Shoah

Laura HOBSON FAURE (Université Paris 3) – Les enfants juifs et le Joint dans la France d’après-guerre

Catherine POUJOL (Université libre de Bruxelles) – La restitution des enfants juifs cachés par l’Église de France

Patrick CABANEL (Université de Toulouse-Le Mirail) – Enfants juifs et mamans Justes

II. Deuil et traumatismes

Nathalie ZAJDE (Université Paris 8) – La thérapie des enfants cachés : entre psychologie et histoire

Marion FELDMAN (Université Paris Descartes) – Psychopathologie des enfants cachés en France

Irène EPELBAUM (Œuvre de secours aux enfants) – Les groupes de parole d’enfants cachés

Masha ITZHAKI (Inalco) – Aharon Appelfeld, l’enfant romancier

Frosa PEJOSKA-BOUCHEREAU (Inalco) – Danilo Kiš ou le témoin au futur

III. Transmettre

Sarah GENSBURGER (CNRS) – « C’étaient des enfants » : retour sur une exposition

Aurélie BARJONET (Université de Versailles-Saint-Quentin) – Les petits-enfants : une génération d’écrivains hantés

Marianne RUBINSTEIN (écrivain) – Restaurer la colonne vertébrale de nos familles

Ivan JABLONKA (Université de Paris 13) – Petit-fils, historien, Juif

A propos des auteurs

Ivan Jablonka est professeur d’histoire à l’université de Paris 13. Il a notamment publié Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus (Seuil, 2012 Prix du Sénat du livre d’histoire, Prix Guizot de l’Académie française, Prix Augustin-Thierry des Rendez-vous de l’histoire de Blois).

 

Parution de « Normes de Parentalité », Annales de démographie historique 2013/1 (n°125)

Le numéro 2013/1 des Annales de Démographie historique vient de paraître avec un dossier sur les « Normes de parentalité » coordonné par Julie Doyon (U. Paris 13), Anne-Françoise Praz (U. Fribourg)  et Sylvie Steinberg (U. Rouen)

Annales de démographie historique 2013/1 (n° 125). 234 pages.

ISSN : 0066-2062
ISSN en ligne : 1776-2774. ISBN : 9782701183442.
Lien : https://www.cairn.info/revue-annales-de-demographie-historique-2013-1.htm>.
https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=ADH_125_0007Normes de parentalité

NORMES DE PARENTALITE
Dossier coordonné par Julie Doyon, Anne-Françoise Praz et Sylvie Steinberg

Sommaire
Julie Doyon, Anne-Françoise Praz, Lorraine Odier da Cruz et Sylvie Steinberg:   Normes de parentalité : modélisations et régulations (XVIIIe-XIXe siècles), pp. 7-23
Daniela Lombardi :  Autorité des pères et liberté des enfants dans les États italiens réformateurs du XVIIIe siècle, pp. 25-42
Alexandra Roger:   Contester l’autorité parentale : les vocations religieuses forcées au xviiie siècle en France, pp. 43-67
Nathalie Le Bouteillec :  Parentalité et illégitimité : réformes du droit de la filiation et de la famille en Suède au début du XXe siècle, pp. 69-97
Lorraine Odier da Cruz   : L’École des Parents de Genève ou les métamorphoses du regard sur la parentalité (1950-1968), pp. 99-117
Charlotte Debest  : Quand les « sans-enfant volontaires » questionnent les rôles parentaux contemporains, pp. 119-139

Varia
Isidro Dubert:   L’abandon d’enfants dans l’Espagne de l’Ancien Régime : réévaluer l’ampleur et les causes du phénomène, pp. 141-164
Cathy McClive :  Engendrer le tabou. L’interprétation du lévitique 15, 18-19 et 20-18 et de la menstruation sous l’ancien régime, pp. 165-210

Comptes rendus: pages 211 à 234

Parution de l’ouvrage « Théâtre levain du cinéma, théâtre destin du cinéma » (Torti-Alcayaga, Agathe & Kiehl, Christine, eds), Paris, Le Manuscrit.

ISBN  978-2-304-04202-3 ; 32p ; 29E90.

http://www.manuscrit.com/book.aspx?id=14576
Présentation

Les spécialistes professionnels et universitaires du cinéma français et anglo- saxon réunis autour de cet ouvrage ont travaillé ensemble à partir de l’interrogation que constitue leur fascination pour le théâtre. Dans le contexte actuel d’homogénéisation des formats à des fins de rentabilité, il leur a semblé opportun de voir comment théâtre et cinéma ont pu devenir des révélateurs l’un de l’autre, contribuant à fixer l’identité qu’on leur prête aujourd’hui. Un regard transculturel vient enrichir cette réflexion intermédiale puisque, pour proches qu’elles soient, la francophonie et l’anglophonie sont elles aussi traditionnellement pensées en termes de rivalité. Comment alors la transversalité culturelle vient-elle travailler la transversalité médiatique au-delà du redoublement ou de la contradiction ? Des photogrammes, ainsi que le témoignage des réalisateurs présents lors du XXIIIe festival Théâtre au cinéma du Magic Cinéma de Bobigny illustrent ces propos et stimulent la réflexion.