Appel à communications « Les discours métalinguistiques »

COLLOQUE  « LES DISCOURS METALINGUISTIQUES 2 »
Appel à communications

L’axe 4 de Pléiade-CRIDAF (CRIDAF EA453, Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité) organise un colloque sur le thème suivant : Les discours métalinguistiques.

 
Cette journée aura lieu à l’université de Paris 13 le vendredi 20 mars 2015 sur le site de Villetaneuse.Comité d’organisation :
Viviane Arigne, Christiane Migette

Comité scientifique :
Viviane Arigne (Université Paris 13, France), Nicolas Ballier (Université Paris Diderot-Paris 7, France), Philippe Bourdin (Université York, Toronto, Canada), Pierre Cotte (Université Paris-Sorbonne Paris 4, France), Philippe De Brabanter (Université Libre de Bruxelles, Belgique), Ilse Depraetere (Université Charles de Gaulle-Lille 3, France), Jean-Michel Fortis (CNRS et Université Paris Diderot-Paris 7, France), Brendan Gillon (Université McGill, Montréal, Canada), Geneviève Girard-Gillet (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, France), Jacqueline Guéron (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, France), James Hampton (City University, Londres, Royaume Uni), Christiane Migette (Université Paris 13, France), Philip Miller (Université Paris Diderot-Paris 7, France), Sara Mondini (Université de Padoue, Italie), Michael Stubbs (Université de Trèves, Allemagne)

Langue des communications : français, anglais

Soumission des propositions de communications :

• la date limite de soumission des abstracts est le mardi 8 juillet 2014
• les propositions doivent être anonymes et être envoyées au format pdf. Elles ne doivent pas dépasser trois pages A4, bibliographie et schémas (ou tableaux) éventuels compris.
• merci d’envoyer votre proposition en document attaché aux 2 adresses électroniques suivantes :
viviane.arigne[at]orange.fr
christiane.migette[at]univ-paris13.fr
• dans le titre de votre message, merci de préciser « Colloque DiscMét 20 mars 2015 »
• dans le texte de votre message accompagnant le document attaché merci de donner les informations suivantes : i) titre de votre proposition, ii) nom, prénom, adresse géographique, affiliation, adresse électronique (informations à donner pour chacun des auteurs dans le cas où il y a plusieurs auteurs).Notifications d’acceptation : samedi 15 novembre 2014

 
• Les discours métalinguistiques. Théorisations et recherche linguistique
Ce colloque se propose de poursuivre la réflexion sur la diversité des théories et théorisations linguistiques qui avait été lancée par le CRIDAF-EA453 en 2012. Il est conçu comme l’approfondissement du champ d’étude ouvert par cette première rencontre, dont l’objectif était de mener une réflexion sur les résultats de la recherche linguistique et les appareils théoriques, dans une perspective de linguistique anglaise et de linguistique générale. S’ajoutera en 2015 une orientation nouvelle qui est celle de l’articulation de la linguistique avec d’autres disciplines et champs de recherche connexes, tels que la philosophie et la philosophie du langage, la psychologie et les neurosciences.

– La recherche linguistique s’exprime dans chacun de ses domaines d’étude que sont la phonologie, la morphologie, la syntaxe et la sémantique. Elle est en outre traversée de courants théoriques divers (guillaumien, générativiste, énonciativiste, cognitiviste…) et attribue volontiers des noms à ses courants ou sous-courants (théorie des traces, théorie du liage, grammaires de construction, grammaires cognitives…). A cela, s’ajoutent des étiquettes renvoyant à des méthodes et des pratiques (linguistique de terrain, linguistique de corpus, traitement automatique des langues…). Tout cela conduit à une prolifération terminologique aussi bien qu’à une prolifération des discours tenus par les linguistes sur un même phénomène, et à une fragmentation du savoir.
– Par ailleurs, d’autres disciplines décrivent et analysent la langue, avec leurs présupposés et traditions théoriques propres. On pense à certains domaines de la philosophie comme l’ontologie ou la logique, à ce qui est connu sous le nom de philosophie analytique, à la psychologie ou aux neurosciences, comme par exemple les neurosciences computationnelles.

 
Il s’agira d’une part de soumettre à l’examen et, éventuellement, de confronter des discours métalin­guis­­tiques afin d’évaluer leur pouvoir descriptif et explicatif, et de voir d’autre part comment les théorisations des disciplines connexes évoquées ci-dessus peuvent s’articuler à certaines constructions théoriques proprement linguistiques.

La réflexion peut emprunter plusieurs voies :
– Dans une perspective interdisciplinaire, on pourra étudier les éventuels apports de ces disciplines à la théorisation linguistique et à un savoir sur la langue, ainsi que la façon dont leurs discours théoriques peuvent être adaptés à la théorisation linguistique ; on étudiera les éventuelles convergences d’analyses menées indépendamment dans tel ou tel champ disciplinaire.
• Certains termes de ces disciplines connexes se retrouvent en linguistique : renvoient-ils aux mêmes concepts ? A-t-on affaire aux mêmes objets ou aux mêmes problématiques ? Est-il possible de penser le passage d’un objet à un autre ? L’importation de tel ou tel concept est-elle légitime en linguistique? L’objet linguistique n’est-t-il pas, de par sa nature linguistique, doté de spécificités irréductibles ? Est-il possible de décrire ces spécificités ?
• Dans cette même perspective, on pourra également s’interroger sur les enseignements que la linguistique peut tirer de la fréquentation des autres disciplines : connaissance de la langue, enseignements méthodologiques…
– Dans une perspective intra-disciplinaire, certaines propositions ou descriptions théoriques trouvent parfois une traduction dans une autre théorie. On peut alors tenter de voir si, et en quoi, l’une ou l’autre de ces façons de faire ou postures théoriques est plus adaptée à la nature des phénomènes que l’on se propose de décrire.
• De même, on pourra réfléchir sur les théorisations de la linguistique anglaise en France dans la deuxième moitié du XXe siècle qui se sont données comme énonciatives. Dans la mesure où les théories énonciatives sont construites sur un soubassement de type cognitif, certains de leurs résultats peuvent-ils être rapportés et, le cas échéant, confrontés à ce que proposent les grammaires qui se donnent le nom de cognitives ?
• Une théorisation particulière comble-t-elle, par endroits, les lacunes d’une autre ? Par exemple, en apportant des définitions, en clarifiant les niveaux de description où elle opère…
• Telle présentation donnée comme nouvelle évite-t-elle répétition et psittacisme ? Les résultats et la réflexion sont-ils vraiment nouveaux ?
• La traduction d’une théorie dans une autre passe parfois par certains abandons théoriques de concepts, postures, ou raisonnements, dont est montré le caractère non nécessaire. Que convient-il d’éliminer, que convient-il de garder ?Les propositions d’intervention pourront se focaliser sur un phénomène linguistique unique vu à travers différentes approches, l’analyse détaillée de tel raisonnement mis en œuvre, la définition même de concepts… Elles pourront également porter sur des questions d’interface entre la linguistique et un autre champ disciplinaire, l’étude d’un même phénomène par deux disciplines différentes, les diverses modalités de mise en œuvre d’un concept…  L’éventail proposé n’est bien entendu pas exhaustif. Ces propositions concerneront des analyses de linguistique anglaise, ou de linguistique contrastive incluant l’anglais.

Pléiade-CRIDAF (EA453, Université Paris13, Sorbonne Paris Cité)
http://pleiade.hypotheses.org
axe 4 : Circulations, transferts, adaptations
thème 4 : Courants linguistiques, discours et langues : constructions et ajustements

 
Call for papers

« METALINGUISTIC DISCOURSES »
Axis 4 of Pléiade-CRIDAF (Université Paris 13-Sorbonne Paris Cité) is organising a conference on the topic of ‘Metalinguistic discourses’.

The conference will take place at the Université Paris 13 in Villetaneuse on Friday 20 March 2015.Organising committee:
Viviane Arigne, Christiane Migette

Scientific committee
Viviane Arigne (Université Paris 13, France), Nicolas Ballier (Université Paris Diderot-Paris 7, France), Philippe Bourdin (York University, Toronto, Canada), Pierre Cotte (Université Paris-Sorbonne Paris 4, France), Philippe De Brabanter (Université Libre de Bruxelles, Belgium), Ilse Depraetere (Université Charles de Gaulle-Lille 3, France), Jean-Michel Fortis (CNRS and Université Paris Diderot-Paris 7, France), Brendan Gillon (McGill University, Montreal, Canada), Geneviève Girard-Gillet (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, France), Jacqueline Guéron (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, France), James Hampton (City University London, United Kingdom), Christiane Migette (Université Paris 13, France), Philip Miller (Université Paris Diderot-Paris 7, France), Sara Mondini (Università degli Studi di Padova, Italy), Michael Stubbs (Universität Trier, Germany)

Languages: French, English

Deadline for submissionsTuesday 8 July 2014

• abstracts should be anonymous and be sent in pdf format. They should not exceed three A4 pages including references and tables.
• please send your submission to:
viviane.arigneatorange.fr and christiane.migetteatuniv-paris13.fr
• please mention in the title of your message ‘Colloque DiscMét 20 mars 2015’
• your e-mail should state your name, the title of your paper, geographical address, institutional affiliation and e-mail address.Notifications of acceptance15 November 2014

Metalinguistic discourses. Theorization and linguistic research
The aim of this conference is to conduct an inquiry into the heterogeneity and variety of linguistic theories and linguistic theorization, by assessing the results of linguistic research as well as various theoretical frameworks, whether in English or general linguistics.

This conference is a follow-up of the first conference organized by CRIDAF-EA453 in 2012 on the topic of linguistic theories and theorization. Its purpose is to go deeper into the field of study initially explored by that first meeting, which aimed at assessing the results of linguistic research as well as various theoretical frameworks, both in English or general linguistics. While still addressing issues internal to linguistics, this second conference will also focus on the relationship of linguistics with other disciplines, studying how linguistics interfaces with related fields of study such as philosophy and philosophy of language, psychology and neurosciences.

Contemporary linguistic research is diverse and uses a great variety of concepts and terms, which pertain to its fields of study (phonology, morphology, syntax, semantics), to its various theoretical trends (Guillaume’s psycho-mechanics, generativist, enunciativist, cognitivist trends, etc.) or sub-trends (trace theory, binding theory, construction grammars, cognitive grammars, etc.). Other labels are used to refer to methods or working practices, such as field linguistics, corpus linguistics, automatic treatment of natural languages. All this leads to a proliferation of theoretical terms as well as theoretical discourses and to the consequent fragmentation of knowledge. Besides, other disciplines describe and analyse languages using their own traditional modes of thinking and theoretical presuppositions. One thinks, for example, of the subfields of philosophy such as ontology and logic, what is known as analytic philosophy, psychology or neurosciences (for instance computational neurosciences).

The discussions will try to analyse and possibly confront metalinguistic theoretical discourses so as to evaluate their descriptive and explanatory power, and to study how theorization within the aforementioned related disciplines can interface with other theoretical constructs belonging to linguistics proper. The issue can be approached from various angles.

From an interdisciplinary point of view, a possible approach would be to study the way these disciplines may have contributed to linguistic theorization and to knowledge about language and languages, as well as the way their theoretical discourses can be adapted to linguistic theorization; one may also focus on the possible convergence of analyses conducted independently in one particular domain of study.
• Some of the terms used in these related disciplines are also found in linguistics: do they refer to the same concepts? Do we deal with the same objects or the same issues? Can one conceive of, and describe, the transition from one type of object to another? Is the use of this or that borrowed concept legitimate in linguistics? Because they pertain to linguistics, do linguistic objects not have irreducible specificities? Can those specificities be described?
• In the same line of thought, one can also investigate the lessons linguistics can draw from its association with other disciplines: knowledge about language, method…
From an intra-disciplinary point of view, some theoretical or descriptive stances sometimes translate rather easily into another theoretical framework. One may try to see how one particular stance is better adapted to the empirical phenomena one is endeavouring to analyse.
• One may also study the theoretical frameworks English linguistics has given itself in France in the second half of the 20th century. Insofar as enunciativist theories acknowledge some kind of underlying cognitive basis, can some of their results be related to some of the propositions put forward by those grammars which call themselves cognitive?
• Does one type of theorization make up for the shortcomings of another, for example, by giving explicit definitions, or clarifying its levels of description? Conversely, does one theoretical presentation which is given as new succeed in escaping repetition and theoretical psittacism? Does it actually break new ground?
• Translating one theory into another sometimes implies abandoning certain theoretical concepts,   stances or ways of reasoning which are shown to be no longer crucial or necessary. What should the linguist discard and what should he retain? 

Papers may focus on one particular linguistic phenomenon seen through different approaches, the thorough analysis of an argument, or the definition of concepts. They can also concentrate on the  problems of interface between linguistics and other disciplinary fields, the study of what appears to be one particular phenomenon by two different disciplines, the various ways one concept is understood and implemented… The suggested list is by no means exhaustive. All papers should deal with English linguistics, or contrastive linguistics including the study of English.

 

Appel à communication « La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle »

La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

Journées d’étude à l’Université Paris 13 les 10 et 11 avril 2015

Organisatrices : Elina Absalyamova et Valérie Stiénon (Université Paris 13 – Pléiade)

Époque d’affirmation de la lecture individuelle et publique, le XIXe siècle est témoin de la massification du lectorat, d’une évolution significative de son alphabétisation et de son extension à de nouvelles catégories de personnes : ouvriers, femmes, enfants. C’est l’imprimé à diffusion périodique qui capte la majeure partie de ce lectorat et l’oriente, dans les foyers, les cafés, les cercles et les cabinets de lecture, vers les « lectures pour tous ». Les études socio-historiques ont souligné la diversité culturelle et la mixité sociale d’un tel public qui, face à la crise de la librairie et au coût du livre, fréquente les kiosques de location, lit le journal à différentes vitesses, parfois par sous-abonnement, et compile patiemment les livraisons du feuilleton. De la sorte, le journal est consulté, manipulé et conservé, en plus d’être montré et dit à la faveur d’une réclame qui le fait pénétrer dans l’espace public à grand renfort de crieurs et d’affiches.

En complément des traces de ces pratiques subsistant dans les archives des bureaux de rédaction, les registres des libraires-éditeurs et les rares catalogues conservés des cabinets de lectures, les études en littérature et en histoire culturelle ont investigué les témoignages livrés par la fiction littéraire. Elles ont révélé du lecteur une figure de récepteur à éduquer et moraliser, et ont élucidé notamment le topos des lectures pour grisettes et la répartition sexuée des catégories génériques. Exploitant la critique journalistique et les documents informant des jugements formulés par les acteurs de la vie littéraire, les études de réception ont quant à elles mis en évidence les manifestations discursives des réactions du public, que celui-ci soit restreint, moyen ou populaire. C’était là toucher à des données essentielles, puisque sa participation à la « civilisation du journal » et aux nouveaux espaces d’expression ainsi constitués offre à ce lectorat l’occasion de façonner le fait culturel en commentant l’actualité, en orientant le roman-feuilleton, en réagissant à la parution des œuvres. Pour autant, le lecteur comme acteur du champ littéraire interagit-il vraiment avec les écrivains, les éditeurs et les directeurs de journaux ?

Certes, le lecteur réel échappe pour une grande part au regard rétrospectif. Mais sa présence discursive en texte reste observable. À défaut d’évaluer la portée effective de ses interactions, on peut discerner ses voix dans les discours qui lui sont attribués. Comme dispositif pragmatique tourné vers les consommateurs, le journal est un vecteur déterminant de l’expression du lectorat. D’une part, il construit un système d’adresses et de réponses propice au dialogue différé des lecteurs avec les auteurs. D’autre part, il instaure une périodicité qui permet des effets sériels d’allusions et d’échos. Ce faisant, il programme une réception différenciée dans un nouveau mode de communication identifié à la naissance de l’ère médiatique sous la Monarchie de Juillet. La presse est alors le support où se négocient les modèles d’écritures et les valeurs littéraires, le lieu où s’observe l’évolution des ressources oratoires, parlementaires et cénaculaires, le terrain d’hybridation des discours, des genres et des styles. Présentés comme authentiques, mais bien souvent créés de toutes pièces par les équipes rédactionnelles, les retours du lecteur comportent d’intéressantes données culturelles et littéraires : discours critiques, échanges avec les instances d’émergence ou de diffusion, jugements métalittéraires, présentation d’extraits poétiques ou romanesques, revendication d’originalité ou reproche d’usurpation en littérature, etc.

Ce sont ces « voix » multiples que l’on propose d’étudier. De quels moyens le journal dispose-t-il pour donner la parole à ses lecteurs et que nous apprennent ces retours du récepteur ? Répondre à cette double question nécessite d’observer des lieux et des procédés qui vont de la rubrique spécifique (courrier du lecteur, correspondance, droit de réponse) au schéma discursif (dialogue, causerie, badinage), en passant par le cadre générique importé (modèle épistolaire, lettre ouverte) ou détourné de ses fonctions (notes de bas de page du feuilleton, encarts publicitaires). En observant ainsi la réception culturelle à travers sa réappropriation au sein du périodique, la réflexion entend préciser la genèse de la culture médiatique au tournant du siècle et, par contraste, déterminer les spécificités que lui apporte le XIXe siècle. C’est l’occasion d’examiner comment le médium intègre un imaginaire communicationnel qui participe à sa propre dynamique pragmatique – ce dont témoigne, au second degré, la mise en abyme de ses ressources par le journal lui-même : courrier des lecteurs parodique, interpellations moqueuses, déni ludique de la réception, etc.

Les voix du lecteur en journal constituent par ailleurs un mode d’accès privilégié à la variabilité socio-culturelle des pratiques de décodage et d’appropriation. Entre adhésion et démarcation, celles-ci révèlent des habitus de classes et des traits distinctifs propres à certains cercles de sociabilité. Touchant aux prérequis cognitifs et aux conditions culturelles de la lecture, elles laissent entrevoir la complexité des cadres de socialisation qui forment les lecteurs et la nature des communautés discursives qui fondent une part de leur dynamique sur la connivence entretenue avec le lectorat. Les résonances du lecteur dans la communication de grande diffusion, qu’emblématisent les jalons médiatiques de 1836 et de 1863, permettent-elles de mieux cerner les usages de l’objet textuel par la société du XIXe siècle ? Qu’apprenons-nous de la dynamique de l’interprétation qui s’y joue jusqu’au malentendu et au décodage erroné ?

En associant l’étude des imaginaires médiatiques à l’histoire culturelle des pratiques, ces deux journées ont pour objectif d’éclairer la question polémique des rôles et des statuts du lectorat pour déterminer dans quelle mesure le public participe au dialogue créatif avec les producteurs, à la configuration des genres, à la promotion des œuvres et aux définitions de l’écrivain en régime médiatique. On s’attachera autant aux modes supposés de lecture qu’à la créativité du journal dans sa manière de figurer sa propre réception. À rebours de l’idée reçue selon laquelle la diffusion accrue de l’imprimé aurait éclipsé la parole vive, la réflexion vise à penser les passages entre la causerie/conversation et le discours métalittéraire tels qu’ils se réalisent dans la presse. Cette étude doit permettre de mieux cerner les rôles respectifs des lecteurs-consommateurs, non spécifiques à la littérature, et des lecteurs-commentateurs impliqués dans le système littéraire. Trois orientations sont proposées :

historique : les informations sur le lecteur en journal sont susceptibles d’enrichir la connaissance lacunaire des phénomènes de réception au XIXe siècle. Quels sont, en particulier, les facteurs de succès ou du refus d’une œuvre déductibles des commentaires : attractivité culturelle, connivence idéologique, habitudes esthétiques ? Par ailleurs, les distinctions entre grande et petite presses se traduisent-elles par des traitements différents des voix du lecteur ? Enfin, le statut d’exception accordé à certains lecteurs par contraste avec un lecteur lambda participe-t-il d’une évolution vers la vedettarisation de l’homme de lettres ?

poétique : l’articulation entre texte et discours au sein du journal est loin d’être circonscrite aux seules rubriques qui manifestent une interactivité avec le lecteur. Quelle que soit leur localisation, ces voix du lecteur font-elles apparaître le journal comme un espace de régularisation des discours ou d’expérimentation avec le langage ? Le discours assigné au lecteur est-il régi par une attention formelle (jeux de mots, aphorismes, métaphores, etc.) ou relève-t-il au contraire d’un emploi utilitaire, voire approximatif, de la langue ? On examinera à la fois les titres et les emplacements des rubriques, les postures auctoriales, les types de jugements engagés et les interactions figurées entre auteurs, lecteurs, rédacteurs, directeurs de journaux et éditeurs.

méthodologique : le profil textuel du lecteur est doublement marqué par une activité d’interprétation et une présence en discours. Son identité varie du sujet empirique à l’acte énonciatif en passant par la convocation d’un lecteur modèle. Comment définir ces contours, dès lors qu’il faut composer avec une authenticité incertaine et une frontière floue entre lectorat supposé et effectif ? On considérera la poétique de la signature du courrier des lecteurs (cryptonyme, pseudonyme, présentation professionnelle, formules convenues, etc.), le rôle des discours constituants, la pragmatique dialogique et les modes de désignation du destinataire (interpellation, apostrophe, prosopopée, transposition en discours rapporté, etc.).

Modalités

Les journées d’étude auront lieu à l’Université Paris 13 les 16 et 17 octobre 2014 et feront l’objet d’une publication ultérieure. Les propositions de participation (environ 500 mots) accompagnées d’une brève notice biobibliographique incluant coordonnées et mention de l’institution d’attache sont à adresser conjointement à Elina Absalyamova (elina.absalyamova@iutsd.univ-paris13.fr) et Valérie Stiénon (valerie.stienon@univ-paris13.fr) pour le 15 septembre 2014.

Bibliographie indicative

Angenot Marc, Les dehors de la littérature. Du roman populaire à la science-fiction, Paris, Champion, 2013.

Berthier Patrick, La Presse littéraire et dramatique au début de la Monarchie de Juillet (1830-1836), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001.

Bleton Paul, ça se lit comme un roman policier. Comprendre la lecture sérielle, Québec, Nota Bene, 1999.

Charle Christophe, Le Siècle de la presse : 1830-1939, Paris, Seuil, 2004.

Chollet Roland, « Le commerce de la lecture à Paris sous la Restauration », Romantisme, vol. 15, n° 47, 1985, p. 33-38.

Dufief Pierre-Jean (dir.), Les Journaux de la vie littéraire, actes du colloque de Brest 18-19 octobre 2007, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

Durand Pascal, « La ‘‘culture médiatique’’ au XIXe siècle. Essai de définition-périodisation », dans Quaderni, n° 39, 1999, p. 29-40.

Fix Florence et Fougère Marie-Ange (dir.), Lectures de Paul de Kock, Presses Universitaires de Dijon, 2011.

Galvan Jean-Pierre, « Les Mystères de Paris ». Eugène Sue et ses lecteurs, Paris, L’Harmattan, 1998, 2 vol.

Kalifa Dominique, Régnier Philippe, Thérenty Marie-Ève et Vaillant Alain (dir.), La Civilisation du journal. Une histoire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2012.

« La communication littéraire », Revue d’histoire littéraire de la France, n° 103, 2003.

Lyon-Caen Judith, La Lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallandier, 2006.

Lyons Martyn, Le Triomphe du livre. Une histoire sociologique de la lecture dans la France du XIXe siècle, Paris, Promodis, 1987.

Manguel Alberto, Une histoire de la lecture, Arles, Actes Sud, 1998.

Migozzi Jacques, Boulevards du populaire, Limoges, PULIM, 2005.

Moirand Sophie, Les Discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre, Paris, PUF, 2007.

Mollier Jean-Yves, La Lecture et ses publics à l’époque contemporaine. Essais d’histoire culturelle, Paris, PUF, 2001.

Pagès Alain, La Bataille littéraire, essai sur la réception du naturalisme à l’époque de Germinal, Paris, Librairie Séguier, 1989.

Parent-Lardeur Françoise, Les Cabinets de lecture. La lecture publique à Paris sous la Restauration, Paris, Payot, 1982.

Pillet Élisabeth et Thérenty Marie-Ève (dir.), Presse, chansons et culture orale au XIXe siècle. La parole vive au défi de l’ère médiatique, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2012.

Pinson Guillaume (dir.), La lettre et la presse : poétique de l’intime et culture médiatique, actes du colloque de l’Université Laval, 20-22 mai 2010, site Médias 19, URL : http://www.medias19.org/index.php?id=275.

Pinson Guillaume, L’imaginaire médiatique. Histoire et fiction du journal au XIXe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2013.

Queffélec Lise, « Le lecteur du roman comme lectrice : stratégies romanesques et stratégies critiques sous la Monarchie de Juillet » dans Romantisme, vol. 16, n° 53, 1986, pp. 9-22.

Riot-Sarcey Michèle (éd.), De la liberté des femmes. « Lettres de Dames » au Globe (1831-1832), Paris, Côté-femmes, 1992.

Saminadayar-Perrin Corinne et Millot Hélène (dir.), Spectacles de la parole, Saint-Étienne, Les Cahiers intempestifs, 2003.

Saminadayar-Perrin Corinne, Les Discours du journal. Rhétorique et médias au xixe siècle (1836-1885), Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2007.

Stead Évanghélia et Vedrine Hélène (dir.) L’Europe des Revues (1880-1920). Estampes, photographies, illustrations, Paris, Presses universitaires Paris Sorbonne, 2008.

Thérenty Marie-Ève, La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, Seuil, 2007.

Thiesse Anne-Marie, Le Roman du quotidien. Lecteurs et lectures populaires à la Belle-Époque [1984], Paris, Seuil, 2000.

Vachon Stéphane, 1850. Tombeau de Balzac, Montréal/Saint-Denis, XYZ éditeur/Presses universitaires de Vincennes, 2007.

Vaillant Alain, L’Histoire littéraire, Paris, Armand Colin, 2010.

 

Appel à communication : Maladie(s) du pouvoir : dialogues du pathologique et du politique

 

Appel à communication

Maladie(s) du pouvoir : dialogues du pathologique et du politique

Organisateurs : Dominique Memmi, Stanis Perez.

La journée d’étude se veut interdisciplinaire (histoire, sciences politiques, sociologie) et transpériodique puisqu’elle se propose de rassembler des travaux (achevés ou en cours) autour de la relation entre pouvoir et maladie, à la fois au niveau des conséquences des états pathologiques sur les puissants mais aussi au niveau de l’exercice du pouvoir, dans ses dérives ou par sa critique, comme une forme de maladie.

La figure du Prince malade est un poncif des systèmes monarchiques qui ne pensent la transmission du pouvoir qu’au moment du décès ou de l’abdication. En parallèle, l’exercice du pouvoir, de l’Antiquité à nos jours, est censé être synonyme d’une souffrance ou d’une fatigue en même temps qu’une forme de passion susceptible de déboucher sur la tyrannie et la cruauté, conçues alors comme des manifestations d’une forme de folie alimentée par l’autorité et la démesure qu’elle implique souvent. Les images du dictateur fou, paranoïaque ou cyclothymique, du monarque narcissique, apathique ou pervers, interrogent sur l’usage normatif de catégories médicales, genrées, morales et politiques qui sont étroitement associées, et au-delà de toute métaphore, dans le verdict ou le diagnostic historique.

 

L’objectif est d’étudier les interactions entre pouvoirs et états pathologiques (décrits comme tels au moment où ils se manifestent ou longtemps après) tant dans le cas d’une perturbation de l’autorité que dans celui d’une critique médicale de la puissance souveraine et de ses agents (dans les régimes autoritaires ou autres). L’enjeu est d’observer le dialogue entre politisation des faits pathologiques (la maladie du Prince est une crise politique) et, à l’inverse, la médicalisation du politique (les erreurs de gouvernance témoignent d’une déviance du Prince ou du régime voire d’une « maladie » plus globale du système).

 

Depuis l’Antiquité, l’exercice du pouvoir est scruté en tant que pratique exposée à des risques et des aléas multiples. L’ « ivresse » à laquelle on l’associe est en soi une expression révélatrice, à partir du langage courant, de la tendance à lire et à interpréter les actes déviants ou excessifs du pouvoir souverain comme les effets d’une maladie du Prince (When Illness Strikes the Leader, J. M. Post, R. S. Robins (dir.), Yale University Press, 1993). Entre les périodes antiques et modernes, les systèmes politiques ont eu tendance à centraliser, à des échelles différentes, la prise de décision en accentuant l’importance des épisodes pathologiques ou des handicaps dont pouvaient souffrir les dirigeants ou les dirigeantes (X. Le Person, « Practiques » et « practiqueurs ». La vie politique à la fin du règne de Henri III, Droz, 2002 ; S. Perez, La santé de Louis XIV. Une biohistoire du roi-Soleil, rééd., Perrin, 2010). Les cas de tyrans sanguinaires, d’empereurs fous, de rois goutteux ou impuissants, de reines névrosées, de successeurs handicapés ou « simples d’esprit », ont ponctué l’Histoire. Et ces topoi ont été renouvelés au cours de la période moderne dans une optique plus ou moins juridique : le roi de France a beau avoir deux corps, comme son homologue anglais, il souffre et meurt comme à peu près n’importe qui (R. Giesey, Le Roi ne meurt jamais, Flammarion, 1987/ S. Perez, « Le roi meurt un jour », introduction à La Mort des rois, Millon, 2006). Mais si chacun en convient, le droit successoral ferme les yeux sur la maladie pour ne tenir compte que du décès : pour le juriste, le Prince ne serait-il jamais malade ?

Au 19e et 20e s, les figures protéiformes du souverain, du président, voire du dictateur, ont renouvelé cette vision tout en restant fidèle à l’utilisation de métaphores ou de descriptions relevant du discours médical (la problématique est aussi abordée dans des ouvrages de vulgarisation : P. Accoce, P. Rentchnik, Ces malades qui nous gouvernent, Stock, rééd., 1996 ; D. Owen, In Sickness and in Health : The Politics of Medicine, Quartet Books, 1976). Les figures inquiétantes du monstre, du pervers, du paranoïaque sont entrées dans les annales de régimes plus ou moins dictatoriaux en instaurant un dialogue tacite entre politique et médecine (synthèse transculturelle par A.-M. Moulin, Le Médecin du Prince, O. Jacob, 2010), entre état pathologique et droit naturel, entre médecine, genre et nation (E. Dorlin, La Matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, La Découverte, 2006). Tombés malades « naturellement » ou rendus tels par leur fonction, le Pater Patria comme le dictateur, de Caligula à Hitler, semblent enfermés dans un tableau pathologique qui tente de diagnostiquer et d’évaluer l’action politique à la lueur du discours médical voire spécifiquement psychiatrique, que ce soit au sens littéral (D. Pick, The Pursuit of the Nazi Mind : Hitler, Hess, and the Analysts, Oxford University Press, 2012) ou, plus classiquement, métaphorique (S. Sontag, La Maladie comme métaphore, rééd., Bourgois, 2009).

Si les épisodes de maladie fragilisent théoriquement l’autorité personnelle, l’exercice de la puissance souveraine, qu’elle se fonde sur un contrat social, sur un coup d’Etat ou sur le droit divin, rendent toujours complexe la question de la santé d’une personne censée être publique. Et, dans bien des cas, celle-ci tend à dissimuler son état réel (à ce que l’historien, le journaliste et/ou le médecin peuvent en connaître notamment pour des périodes reculées, cf. la thèse d’histoire de M. Winter, soutenue à l’EHESS en 2003, « Corps, maladie et pouvoir à l’époque carolingienne »). La raison d’Etat censure souvent les bulletins de santé en esquivant le problème de la compétence physique et mentale de la dirigeante ou du dirigeant (le cas Mitterrand-Gubler est-il réellement exceptionnel ? voir, pour d’autres pays, R. Mc Dermott, Presidential Leadership, Illness, and Decision Making, Cambridge University Press, 2008) en même temps qu’elle peut aussi être considérée, dans ses dérives autoritaires, paternalistes ou répressives, comme le symptôme d’une maladie dont souffriraient, au final, tous les régimes. A ce titre, il revient aux sociologues, politistes et aux historien.ne.s de clarifier les choses en interrogeant une sémantique du pouvoir qui varie peu sur la longue durée.

 

Les communications retenues, qu’elles relèvent du champ historique, politique, sociologique ou anthropologique, s’inscriront au moins dans l’un des trois axes méthodologiques suivants :

-utiliser un ou plusieurs exemples concrets traités sous forme d’étude de cas (cf. J.- Cl. Passeron, J. Revel, Penser par cas, Ed. de l’EHESS, 2005), en  contextualisant l’exemple choisi (si possible de façon interdisciplinaire) et en le confrontant à un modèle qu’il valide ou non.

-déconstruire le déterminisme trivial qui associe les errements du pouvoir à la déviance d’un individu ou d’un groupe, qui relie l’excès ou le déficit d’autorité à une manifestation pathologique. Evidemment, cette lecture constitue elle-même un objet historique ou sociologique dans la mesure où elle exprime une critique du pouvoir.

-trier et analyser les notions et catégories, forcément normatives, qui permettent de penser, de dire ou de critiquer, la faiblesse, la mauvaise santé ou la brutalité excessive (considérée comme pathologique) de l’empereur, du roi, du/ de la président.e, du leader, du tyran, etc.

 

Un résumé de la communication envisagée (300 mots maximum) et un CV (accompagné d’une bibliographie sélective des travaux réalisés sur le thème de la manifestation) devront parvenir avant le 21 juillet 2014.

 

Comité scientifique :

 

Catherine Achin, Université de Paris XII-Créteil, CRESPPA

Xavier Le Person, Université de Paris IV-Sorbonne, IEP Paris

Frédérique Matonti, Université de Paris I-Panthéon Sorbonne, CRPS/CNRS

Dominique Memmi, CNRS/CSU, MSH Paris-Nord

Stanis Perez, Université de Paris 13, Pléiade, MSH Paris-Nord

Benjamin Stora, Université Paris 13, Pléiade, IEN

Contact : Stanis Perez (stanis.perez@mshparisnord.fr)

 

 

Appel à communication : MIQUEL BARCELÓ, PORTRAITS / AUTOPORTRAITS

MIQUEL BARCELÓ, PORTRAITS / AUTOPORTRAITS
17 et 18 décembre 2014
Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité
Appel à communications
Ce colloque international s’intéressera aux portraits et autoportraits peints ou dessinés par l’artiste ainsi qu’aux portraits de celui-ci réalisés par les subjectivités des critiques d’art, des photographes et des cinéastes. Il s’agira de s’interroger sur la façon dont Barceló révèle l’identité de ses modèles, mais également de voir comment d’autres artistes ont cherché à rendre compte de son oeuvre, de sa vision de l’art et de son histoire.
Artiste aux collaborations multiples, n’hésitant pas à mettre son art au service des textes, du Nouveau Testament à la Divine Comédie en passant par les récits de Paul Bowles et de Michel Butor, Miquel Barceló a pu dire du Christ modelé pour la chapelle du Saint-Sacrement de la cathédrale de Palma de Majorque qu’il l’avait réalisé comme un autoportrait. Nous proposons d’apprécier la place de l’autoportrait dans l’ensemble de son oeuvre intime ou publique, qu’elle soit destinée à un espace profane ou à un espace sacré.
Parmi ces deux axes, nous retiendrons notamment :
De Miquel Barceló :
– Les portraits et autoportraits de l’artiste.
– L’autobiographie dans ses différents cahiers (image et texte) et illustrations.
Sur Miquel Barceló :
– Les portraits photographiques de Jean-Marie del Moral, Toni Amengual, Agustí Torres et Óscar Fernández Orengo.
– Les portraits filmés consacrés au peintre réalisés par Isaki Lacuesta, Jean-Louis Comolli et Luis Ortas.
– Les portraits d’Hervé Guibert, de Dore Ashton, d’Enrique Juncosa ou de Michael Damiano.
Ces pistes ne sont pas exhaustives. Les propositions (2000 caractères maximum, espaces compris, au format .doc) sont à envoyer à Cécile Vincent-Cassy (vincentcassy@wanadoo.fr) et Brice Castanon-Akrami (brice.castanon@univ-paris13.fr) avant le 15 mai 2014. Les communications pourront se faire en français, en espagnol ou en anglais. Une notification d’acceptation sera envoyée le 15 juillet 2014.
Brice Castanon-Akrami et Cécile Vincent-Cassy

Appel à communication pour la journée d’étude : Avatars contemporains du Marchand de Venise

 

Journée d’études : Avatars contemporains du Marchand de Venise
Organisée par le laboratoire CRIDAF/Pléiade de Paris 13
et la société savante RADAC
Vendredi 28 mars 2014, université Paris 13
Le Marchand de Venise est une œuvre qui met mal à l’aise à toutes les époques. Son ambiguïté morale, fondée sur l’ambivalence de ses personnages principaux – autant le « Marchand » du titre, Antonio, que son créditeur le Juif Shylock – a fait d’elle, au fil des siècles, la caution de l’antisémitisme le plus virulent autant que celle de la tolérance la plus avancée ; celle des valeurs de la société marchande la plus agressive autant que celle de sa critique la plus radicale.
Plusieurs dramaturges anglophones contemporains – Juifs, essentiellement, pour des raisons qui se comprennent aisément – ont récrit cette pièce si dérangeante ou ont produit des variations sur Shylock, son personnage emblématique. La revue Coup de theatre publiera en janvier 2014, dans un volume intitulé Autour de Shylock : variations contemporaines, deux de ces œuvres inédites en France : celle de Julia Pascal (The Merchant of Venice : The Shylock Play) et celle d’Arnold Wesker (Shylock), ainsi qu’un chapitre de dialogue entre ces deux auteurs sur leur travail respectif.
Les récritures totales ou partielles du Marchand de Venise, les réemplois plus ou moins décalés de ses personnages abondent au théâtre, au cinéma, dans la littérature ou les arts plastiques. Comme le souligne Chantal Meyer-Plantureux dans Les Enfants de Shylock (Bruxelles, Complexes, 2005), l’ombre de Shylock, ce personnage devenu archétypal, hante le théâtre français à partir du XIXe siècle, qu’il s’agisse du théâtre de boulevard ou du théâtre d’avant-garde. Mais il en va de même dans les autres cultures (de langue anglaise, notamment) et dans les autres arts : que l’on songe au Fagin du roman Oliver Twist (Dickens, 1839 – revisité en 2003 par le bédéiste Will Eisner), à la composition du personnage de Corbaccio par  Charles Dullin dans le Volpone cinématographique de Maurice Tourneur (1941), ou à certaines images d’Epinal (le jeu du Juif errant). Le Marchand de Venise, sous des formes diverses, est finalement très présent notre paysage culturel contemporain.
Une journée d’études intitulée Avatars contemporains du Marchand de Venise se tiendra à l’université Paris 13 le vendredi 28 mars 2014 pour se pencher sur les présences contemporaines de cette œuvre. À travers ces résurgences contemporaines, il s’agira de s’interroger sur les problèmes éthiques et artistiques liés à l’ambivalence, au tabou moral, à l’anachronisme, à la question de l’époque et de ses reflets, au type de visibilité des minorités opprimées qu’entretient l’histoire culturelle. Comme le démontre, entre autres, Donna Haraway dans Modest Witness (Routledge, 1997), nul ne peut prétendre à la posture de « témoin modeste » et prétendument objectif d’un monde toujours en mouvement. Comment donc intégrer dans une histoire les attaques du passé contre des minorités, surtout après Hitler ? Quelle histoire de l’art et de la littérature faut-il dès lors refonder ? Aucune récriture du Marchand de Venise ne peut prétendre à l’innocence dépolitisée d’un simple plaisir citationnel. Les deux questions principales que posait la pièce au départ, celle de l’antisémitisme et celle de la naissance et du développement en flèche du capitalisme, sont encore aujourd’hui des clés politiques, morales et historiques essentielles pour la culture, la littérature et l’art.
Une sélection d’articles sera publiée dans Coup de theatre online, revue électronique de la société savante RADAC à paraître en 2014.
Merci d’envoyer vos propositions accompagnées d’une bio-bibliographie d’1/2 page conjointement à Anne Etienne (a.etienne@ucc.ie), Agathe Torti-Alcayaga (agathetorti@yahoo.fr), Laïla Ghermani (lghermani@gmail.com) et Anne Larue (analastrada@gmail.com) avant le 05 janvier 2014. Une réponse sera donnée le 10 janvier 2014.

Appel à communication pour la 2e partie du colloque international « Théâtre au cinéma / Cinéma au théâtre »

Cinéma au théâtre : aires culturelles anglophones et francophones
        les 19 et 20 décembre 2013 à l’Université Lyon 2 et à l’ENS.

                                                                                 APPEL À COMMUNICATION

Les laboratoires PASSAGES XX-XXI de l’ Université Lyon 2, l’équipe LIRE ENS de Lyon, le CRIDAF de l’ Université Paris 13, la New York University in Paris et la société savante RADAC s’associent pour organiser le deuxième volet du double colloque international Théâtre au cinéma / cinéma au théâtre : aires culturelles anglophones et francophones qui se tiendra à Lyon les 19 et 20 décembre 2013. Les communications des journées 2012 à Paris et 2013 à Lyon donneront lieu à publication : deux volumes en français et un troisième en anglais seront consacrés aux rapports entre le théâtre et le cinéma dans et entre les aires culturelles anglophones et francophones.
Après le colloque consacré au « théâtre au cinéma » à Paris en 2012, les journées d’octobre 2013 à Lyon s’attacheront à la question du « cinéma au théâtre ».
L’image cinématographique projetée sur scène date de la fin du XIXè siècle, on la retrouve dans les « revues » comiques annuelles des années 1910/1920 ou dans les  »cinémasketches » de Max Linder. Piscator (1893-1966) introduit les projections dans un théâtre politique à des fins didactiques puis Brecht s’en sert comme élément de distanciation dans un théâtre épique. Paul Claudel réfléchit également à l’utilisation du cinéma dans ses pièces. Plus tard la révolution politique et esthétique des années 1960 et 1970 a vu l’éclatement des frontières entre les genres artistiques et parmi d’autres tentatives expérimentales, permis la rencontre entre des arts qui se sont souvent concurrencés : le cinéma et le théâtre. Nous entendons par « cinéma au théâtre » toutes les formes d’images différées intégrées à la représentation théâtrale, film projeté, utilisation de la vidéo et, plus récemment au tournant du XXIe siècle, des nouvelles technologies arts numériques. Nous distinguerons trois axes dans l’étude du « cinéma au théâtre » :
Dans un premier temps l’utilisation de supports filmiques pré-existants, extraits de films ou documentaires indépendants de la fiction dramatique qui viennent enrichir et/ou perturber le jeu théâtral des comédiens.
Dans un second temps, la manipulation vidéo en direct dans la représentation théâtrale, la prise de vue et le montage d’un film en temps réel. Il conviendra notamment d’identifier les éléments constitutifs de la production d’images, le rôle des vidéastes, des ingénieurs des arts numériques et des créateurs sonores.
Pour chacun de ces deux axes, les questions suivantes seront à l’étude. Assiste-t-on à un brouillage ou une surdétermination des signes lorsque les images sont projetées au théâtre ? Faut-il parler de juxtaposition, superposition, montage, bouturage ou encore de collage, tuilage, collision ? Quelles sont les diverses formes d’interaction entre l’acteur et l’image sur cette nouvelle scène théâtrale palimpseste ? Comment la matérialité scénique du dispositif théâtral et le corps physique de l’acteur rivalisent-ils avec l’image virtuelle et abstraite ?
L’émergence de l’image et des nouvelles technologies sur scène influent-elles sur les notions de drame, de fiction et de texte théâtral ? Entrent-elles dans le régime de ce que Hans-Thies Lehmann définit dans les années 1990 comme le théâtre post-dramatique ou assiste-t-on à l’émergence d’un genre nouveau ?
Le troisième axe d’étude sera consacré à la réception du spectateur :
En quoi le régime des émotions et de la perception sensorielle du spectateur est-il redéfini lorsque se superposent sur scène des formes tangibles et des images incorporelles ? L’imaginaire du spectateur est-il stimulé ou au contraire sidéré par des sollicitations accrues de son espace sensoriel ? Peut-on parler de saturation sémiotique ? Quelles en sont les implications (politiques par exemple)?
Ces questions poseraient les jalons d’une terminologie critique nouvelle permettant d’appréhender ce théâtre d’un nouvel âge, dans les sphères culturelles anglophones et francophones.
Dans cette optique, les propositions mettant en valeur une réflexion théorique sur la sémiologie de la représentation (y compris dans sa dimension historique), et particulièrement celles qui mettent en résonance les pratiques culturelles des aires anglophones et francophones, seront privilégiées par-delà les études de cas stricto sensu.Merci d’envoyer vos propositions de communication  accompagnées d’une courte bio-bibliographie (1 page maximum) conjointement à Christine Kiehl (Christine.Kiehl@univ-lyon2.fr) et Agathe Torti-Alcayaga (agathetorti@yahoo.fr) avant le 20 juin 2013. Une réponse définitive sera donnée avant le 20 juillet. A l’issue du colloque, le comité scientifique choisira une sélection des communications présentées pour publication.