Journée d’étude « Blocages » le 14 mars

Vendredi 14 mars 2014, 9h30-17h, salle C 204

Blocages : Entraves et obstacles aux circulations et aux transferts

Journée d’étude organisée par Mathilde Lévêque  et Claire Parfait

Dans le cadre des activités de l’axe 4 de l’équipe Pléiade

9h30 : accueil et café

10h- 12h :Session 1 : Quand langues et cultures bloquent

1- Emilie Beck Saiello: La vue en France au XVIIIe siècle : l’insuccès d’un genre

2- Pierre Fournier: L’accentuation des emprunts français, italiens et japonais en anglais contemporain

3- Rim Latrache: Désinformation et islamophobie aux Etats-Unis :  Quand le dialogue entre les cultures est bloqué

4-Fatma Ramdani: Le mouvement pour le contrôle des naissances (1900-1967). Défi à l’ordre social établi

12h-13h30 : déjeuner (buffet offert aux participants, CROUS)

13h30-15h : Session 2 :  jeunesse :

1- Mathilde Lévêque: La petite sorcière est-elle si délicieuse? Blocages de la littérature allemande pour la jeunesse en France

2- Rose-May Pham Dinh: Le petit Nicolas vs Harry Potter : l’impossible rencontre de deux modèles scolaires ?

3- Céline Planchou: Réserves indiennes et protection de l’enfance aux États-Unis : quel impact le statut des territoires amérindiens a-t-il sur la circulation des personnes et des aides sociales ?

15h-15h15 : pause café

15h15-16h45 Session 3 : historiographie

1- Michel Molin: Un exemple de blocage dans le monde romain (Ier-Ve s.) : les représentations des scènes de voyage sur les stèles funéraires

2- Anne Coudreuse : Quand l’histoire s’écrit sur la peau

3- Claire Parfait: « L’histoire a éliminé l’homme de couleur » (W.W. Brown, 1860): les ouvrages des premiers historiens africains américains

 

 

Appel à communication pour la journée d’étude : Avatars contemporains du Marchand de Venise

 

Journée d’études : Avatars contemporains du Marchand de Venise
Organisée par le laboratoire CRIDAF/Pléiade de Paris 13
et la société savante RADAC
Vendredi 28 mars 2014, université Paris 13
Le Marchand de Venise est une œuvre qui met mal à l’aise à toutes les époques. Son ambiguïté morale, fondée sur l’ambivalence de ses personnages principaux – autant le « Marchand » du titre, Antonio, que son créditeur le Juif Shylock – a fait d’elle, au fil des siècles, la caution de l’antisémitisme le plus virulent autant que celle de la tolérance la plus avancée ; celle des valeurs de la société marchande la plus agressive autant que celle de sa critique la plus radicale.
Plusieurs dramaturges anglophones contemporains – Juifs, essentiellement, pour des raisons qui se comprennent aisément – ont récrit cette pièce si dérangeante ou ont produit des variations sur Shylock, son personnage emblématique. La revue Coup de theatre publiera en janvier 2014, dans un volume intitulé Autour de Shylock : variations contemporaines, deux de ces œuvres inédites en France : celle de Julia Pascal (The Merchant of Venice : The Shylock Play) et celle d’Arnold Wesker (Shylock), ainsi qu’un chapitre de dialogue entre ces deux auteurs sur leur travail respectif.
Les récritures totales ou partielles du Marchand de Venise, les réemplois plus ou moins décalés de ses personnages abondent au théâtre, au cinéma, dans la littérature ou les arts plastiques. Comme le souligne Chantal Meyer-Plantureux dans Les Enfants de Shylock (Bruxelles, Complexes, 2005), l’ombre de Shylock, ce personnage devenu archétypal, hante le théâtre français à partir du XIXe siècle, qu’il s’agisse du théâtre de boulevard ou du théâtre d’avant-garde. Mais il en va de même dans les autres cultures (de langue anglaise, notamment) et dans les autres arts : que l’on songe au Fagin du roman Oliver Twist (Dickens, 1839 – revisité en 2003 par le bédéiste Will Eisner), à la composition du personnage de Corbaccio par  Charles Dullin dans le Volpone cinématographique de Maurice Tourneur (1941), ou à certaines images d’Epinal (le jeu du Juif errant). Le Marchand de Venise, sous des formes diverses, est finalement très présent notre paysage culturel contemporain.
Une journée d’études intitulée Avatars contemporains du Marchand de Venise se tiendra à l’université Paris 13 le vendredi 28 mars 2014 pour se pencher sur les présences contemporaines de cette œuvre. À travers ces résurgences contemporaines, il s’agira de s’interroger sur les problèmes éthiques et artistiques liés à l’ambivalence, au tabou moral, à l’anachronisme, à la question de l’époque et de ses reflets, au type de visibilité des minorités opprimées qu’entretient l’histoire culturelle. Comme le démontre, entre autres, Donna Haraway dans Modest Witness (Routledge, 1997), nul ne peut prétendre à la posture de « témoin modeste » et prétendument objectif d’un monde toujours en mouvement. Comment donc intégrer dans une histoire les attaques du passé contre des minorités, surtout après Hitler ? Quelle histoire de l’art et de la littérature faut-il dès lors refonder ? Aucune récriture du Marchand de Venise ne peut prétendre à l’innocence dépolitisée d’un simple plaisir citationnel. Les deux questions principales que posait la pièce au départ, celle de l’antisémitisme et celle de la naissance et du développement en flèche du capitalisme, sont encore aujourd’hui des clés politiques, morales et historiques essentielles pour la culture, la littérature et l’art.
Une sélection d’articles sera publiée dans Coup de theatre online, revue électronique de la société savante RADAC à paraître en 2014.
Merci d’envoyer vos propositions accompagnées d’une bio-bibliographie d’1/2 page conjointement à Anne Etienne (a.etienne@ucc.ie), Agathe Torti-Alcayaga (agathetorti@yahoo.fr), Laïla Ghermani (lghermani@gmail.com) et Anne Larue (analastrada@gmail.com) avant le 05 janvier 2014. Une réponse sera donnée le 10 janvier 2014.

Atelier thématique de l’axe 1 « genre et race », animé par S. Capanema et F. Ramdani le 17 janvier à 13h30

 

Équipe de recherche PLÉIADE, université de Paris 13 Sorbonne Paris Cité

Premier atelier organisé par l’axe 1 :

« Penser les pluridisciplinarités. Épistémologies et pratiques »

Atelier thématique « Genre et race », 17 janvier, 13h30, UFR LSHS, salle C 204

animé par Silvia Capanema et Fatma Ramdani

 

Argument

 

Nous aimerions, à partir de ces deux concepts « marginaux », montrer en quoi ils apportent un nouveau regard sur nos sociétés. Ce sont deux notions porteuses d’une dimension politique et qui ont été notamment très développés dans le cadre des études anglo-saxonnes et, par extension au Brésil. Notre objectif pour cet atelier est de faire dialoguer les approches d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique, dans une perspective de trandisciplinarité et de transnationalisation des études. Notre réflexion cherchera à mettre en relief l’interdisciplinarité à partir de trois principales thématiques : le militantisme (ou engagement) ; le double silence/mise en évidence, la visibilité ou l’invisibilité de la « race » ou du « genre » dans les représentations politiques et sociales.

 

 

Intervenantes invitées

Jules Falquet, Université Paris 7 Diderot, spécialiste de la théorie et épistémologie féministe, imbrication des rapports sociaux, théories décoloniales.

 

Roseli Barbos, université Paris 8, spécialiste de la représentation des femmes noires dans la fiction brésilienne dans une perspective qui historicisante à la lumière des nouvelles revendications identitaires.

 

 

Pour venir à Paris 13, 99, av. J.-B. Clément, Villetaneuse : gare du nord départ banlieue en surface, arrêt gare d’Epinay-Villetaneuse puis bus 156, 354 ou 356, arrêt Université Paris 13

 

Prochaine séance de l’atelier de lecture théorique, 20 janvier 2014 14h

Lundi 20 janvier, 14h-16h, D116

Matthieu Renault (chercheur associé à « Les Afriques dans le Monde » -CNRS, Sciences Po Bordeaux, et postdoctorant au CRIDAF/Pléiade, Université Paris 13)

Étude de C. L. R. James, « Mariners, Renegades and Castaways. The Story of Herman Melville and the World We Live In » (1953).

soutenance d’HDR de Th. Guilbert le 28 novembre à 14 h

Thierry Guilbert, Maître de conférences en sciences du langage (analyse du discours),  Université de Picardie Jules Verne, Amiens, CURAPP-ESS/UMR 7319, soutiendra son habilitation à diriger des recherches le jeudi 28 novembre prochain à 14h00, dans la salle des thèses T204, à l’université Paris 13, Campus Villetaneuse – 99 avenue J.-B. Clément (93400 Villetaneuse).


Le dossier d’habilitation contient une synthèse intitulée : Evidence discursive et idéologie. Réflexion anthroposociale sur la constitution des représentations économiques partagées dans les discours de presse.

Résumé
Mes travaux s’organisent selon deux axes : le premier concerne une réflexion épistémologique et théorique en analyse du discours sur l’évidence des discours idéologiques et sur la façon dont se constituent les représentations socialement partagées, le second est une analyse éthique du discours médiatique (presse papier et numérique) traitant de thématiques socio-économiques. Ces deux axes étroitement articulés mettent en œuvre une approche interdisciplinaire et une réflexion anthroposociale qui fait appel à la fois aux sciences du langage (analyse du discours, Critical Discourse Analysis, théories énonciatives, pragmatique, argumentation, analyses lexico-sémantiques quantitatives) et à la sociologie des médias, la philosophie de l’évidence, les théories de l’information et la pragmatique de la communication.

Le jury sera composé de :

– Frédéric Darbellay (Institut Universitaire Kurt Bösch, Sion, Suisse)
– Frédéric Lebaron (Université de Versailles-Saint Quentin-en-Yvelines)
– Francine Mazière (Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité)
– Marie-Anne Paveau, encadrante (Université Paris 13 – Sorbonne
Paris Cité)
– Jeannine Richard-Zappella (Université de Picardie Jules Verne)
– Roselyne Szyjan-Ringoot (Université de Rennes)

http://thierry.guilbert.monsite-orange.fr/


soutenance d’HDR de François Perea

La soutenance d’habilitation à diriger des recherches de François Perea, maître de conférences à l’Université de Montpellier 3-Paul-Valéry, Praxiling, se tiendra le vendredi 8 novembre 2013 dans la salle des thèses T204, à 14h, à l’université Paris 13 Sorbonne Paris Cité, Campus Villetaneuse (99 avenue J.-B. Clément (93400 Villetaneuse).

Le dossier d’habilitation contient une synthèse intitulée « Corpus sensibles » et sera présenté devant un jury composé de :
Eric Bidaud (Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité)
Luca Greco (Université Paris 3 Sorbonne nouvelle)
Dominique Maingueneau (Université Paris 4 Sorbonne)
Francine Mazière (Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité)
Marie-Anne Paveau, encadrante (Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité)
Jean-Marie Prieur (Université Montpellier 3 Paul-Valéry)

Conférences invitées de Penelope Gardner-Chloros, professeur de linguistique à l’université de Londres

Penelope Gardner-Chloros donnera 3 conférences :

http://www.bbk.ac.uk/linguistics/our-staff/penelope-gardner-chloros

lundi 4 novembre, 10h15-11h45, salle D304 (1h environ + 30mn questions)
Qu’est ce que le code-switching et pourquoi s’y intéresser ?

mardi 5 novembre, 17h30-19h00, salle C311 (1h environ + 30mn questions)
Peut-on dire ‘wesh’ a l’école?

mercredi 13 novembre, 17h15-18h30, salle C311 (45mn environ + 30mn questions)
L’analyse du discours mixte bilingue peut-elle s’appliquer aux arts plastiques ?

• lundi 4 novembre
Qu’est ce que le code-switching et pourquoi s’y intéresser ?
Le code-switching (ou ‘alternance linguistique’) est l’une des manifestations les plus fréquentes du contact linguistique. On le retrouve dans les situations bilingues autochtones (Afrique, Inde), auprès des minorités régionales (Alsace, Pays Basque), dans les contextes post-coloniaux (Maroc, Antilles), et dans les communautes immigrées (Arabes ou Portugais en France).
Cette intervention consistera en un tour d’horizon de quelques questions – d’ordre très différent – concernant la genèse et la signification de ce phénomène : 1. Peut-on parler couramment en employant deux – ou plusieurs – langues (niveau psycholinguistique) ? 2. Les différents types de contact donnent-ils lieu à un code-switching different ? Quelle typologie du code-switching proposer ? 3. Quel avantage à employer deux variétés dans une même conversation (niveau conversationnel) ? 4. Quelles conséquences le code-switching a-t-il pour le changement / le développement des langues ?

Lecture : Gardner-Chloros, P. (2009) Code-switching. Cambridge University Press• mardi 5 novembre

Peut-on dire ‘wesh’ a l’école?
Cette intervention posera la question – controversée au Royaume Uni, sans doute moins en France – du rôle de la langue standard dans l’éducation scolaire, et, surtout, du rôle de la langue non-standard et des innovations. On commencera par une activité et une discussion concernant l’idéologie du standard ou de la norme à l’école. Je présenterai ensuite des activités scolaires élaborées à partir d’une recherche sur le ‘Multicultural London English’ par une équipe de chercheurs à Londres. Enfin je poserai la question : ‘Peut-on transférer de telles activités dans le contexte scolaire français ?’ Quels seraient les avantages et désavantages d’une telle initiative ?
Quelques sites pertinents à l’enseignement de l’anglais :
http://www.mle-mpf.bbk.ac.uk/Home.html
http://linguistics.sllf.qmul.ac.uk/english-language-teaching
http://www.english.heacademy.ac.uk/archive/publications/reports/alevel_report.pdf• mercredi 13 novembre
L’analyse du discours mixte bilingue peut-il s’appliquer aux arts plastiques ?
Barthes soutenait que le système de signes que représente la langue est à la base de tout autre système sémiologique. Ceci impliquerait que certaines méthodes d’analyse employées par les linguistes pourraient être exportées à d’autres disciplines, même si ceci est plutôt rare dans la pratique. En meme temps, les divisions entre les différentes branches de la linguistique sont devenues plus fluides, la linguistique théorique et la sociolinguistique étant plus intégrées maintenant qu’à aucun autre moment de leur histoire.
Ceci peut nous enhardir à appliquer un cadre analytique – ou du moins des concepts – issus des études du bilinguisme et du contact des langues à un autre domaine, celui des arts plastiques.  Des notions tells que le cadrage (Goffman), les signaux de contextualisation (Gumperz) et l’alternance (code-switching) peuvent-elles contribuer a une interprétation plus pointue de certaines œuvres d’art où le contact culturel se manifeste? Nous en discuterons à partir d’exemples spécifiques.
Lecture :
Gardner-Chloros, P. (2010) Code-switching in Art: from Semiotics to Sociolinguistics. In P. Gardner-Chloros (ed.), Special Issue, Sociolinguistic Studies, vol. 4/3, December. Second strings & linguistic connections: bilingual and bilinguistic explorations, 635-663.