Journée d’étude : Maladie(s) du pouvoir : dialogues du politique et du pathologique

 Maladie(s) du pouvoir : dialogues du politique et du pathologique

Journée d’étude interdisciplinaire organisée par Stanis Perez (CRESC/Pléiade-MSH Paris Nord)

Vendredi 14 novembre 2014

MSH Paris Nord
4, rue de la Croix-Faron
93210 Saint-Denis la Plaine
Salle (à préciser)
contact : stanis.perez@mshparisnord.fr
Inscription souhaitée, nombre de place limité

 

9h00 Accueil des participants

9h30-9h40 Introduction de la journée

Stanis Perez, MSH Paris-Nord, Pléiade (EA 7338),

Université Paris 13-Villetaneuse

 

9h40-10h10  Pouvoir et maladie dans l’œuvre de Suétone : le bon gouvernement est-il lié à la santé du prince ?

Caroline Husquin, Université SHS-Lille III-Charles-de-Gaulle,

Halma-Ipel, UMR 8164/ Université de Fribourg

 

10h10-10h40 De la fièvre du roi à la peste du royaume : François II, un roi malade (1559-1560) au début des guerres de Religion

Sophie Tejedor, Université de Paris IV-Sorbonne

 

10h40-11h00 Pause

11h00-11h30 Les pathologies du ministériat. Deux grands malades dans l’exercice du pouvoir, Richelieu et Louis XIII

Xavier Le Person, Université de Paris IV-Sorbonne, IEP

 

11h30-12h00 Discussion

 

12h00-14h00 Repas

 

14h00-14h30 « Le mal du Roi » : Louis XV entre le politique, l’érotique et le pathologique

Stanis Perez, MSH Paris-Nord, Pléiade (EA 7338),

Université Paris 13-Villetaneuse

 

14h30-15h00 Le suicide du prince de Condé : un conflit de pouvoir entre médecine et politique

Eva Yampolsky, Institut universitaire

d’histoire de la médecine et de la santé publique, Lausanne

 

15h00-15h20 Pause

 

15h20-15h50 Médecin-malade : une domination rapprochée ? Le cas François Mitterrand

Dominique Memmi, MSH Paris-Nord, CNRS-CSU

 

15h50-16h20 When the President is the Patient : réexamen d’un tabou historiographique à partir de deux études de cas (F. D. Roosevelt, R. Reagan)

Françoise Coste, Université de Toulouse-Jean Jaurès, CAS (EA 801), IPEAT

 Aurélie Godet, Université Paris VII-Diderot, ICT (EA 337)

 

16h20-17h00 Discussion et conclusion de la journée

Publication de “L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales” d’I. Jablonka

couv HLC

“L’histoire n’est pas fiction, la sociologie n’est pas roman, l’anthropologie n’est pas exotisme, et toutes trois obéissent à des exigences de méthode. À l’intérieur de ce cadre, rien n’empêche le chercheur d’écrire. La littérarité des sciences sociales ne renvoie pas à une technique, mais à un choix : le chercheur est placé devant une possibilité d’écriture. Concilier sciences sociales et créativité littéraire, c’est tenter d’écrire de manière plus libre, plus originale, plus juste, plus réflexive, non pour relâcher la scientificité de la recherche, mais au contraire pour la renforcer.
Réciproquement, une possibilité de connaissance s’offre à l’écrivain : la littérature est douée d’une aptitude historique, sociologique, anthropologique. Les écrits du réel – reportages, enquêtes, récits de vie, témoignages – forment une littérature ouverte sur le monde, traversée par des raisonnements, désireuse non seulement de représenter le réel, mais de le comprendre. Écrire pour dire du vrai.
Comme l’histoire peut être une littérature contemporaine, la littérature a quelque chose d’une histoire contemporaine ; et l’on pourrait dire la même chose des autres sciences sociales. Il y a là des perspectives nouvelles pour le siècle qui s’ouvre.”
Ivan Jablonka

Éditeur et écrivain, Ivan Jablonka est professeur d’histoire à l’université Paris 13. Ce livre fait suite à Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus. Une enquête (Seuil, « La Librairie du XXIe siècle », 2012 ; “Points Histoire”, 2013

Programme du séminaire Les contemporains 2014-2015

Programme 2014-15

Les Contemporains

Littérature, arts visuels et théorie

Séminaire commun de recherche – CENEL-Pléiade EA 452 / CERILAC– Axe « Pensée et création contemporaine » EA 4410

Le séminaire de recherche Les Contemporains (universités Paris 7 et Paris 13) poursuit en 2014-2015 sa réflexion sur les rapports entre l’écriture et les arts visuels avec quatre séances de travail aux Grands Moulins (université Paris 7).

Organisation et coordination :
 Céline Flécheux (université Paris 7) et Magali Nachtergael (université Paris 13)

HORAIRES ET LIEU

Le jeudi de 18h – 20h
 : Université Paris 7

Salle 682 C, 
6è étage, Bâtiment C

Bâtiment des Grands Moulins
 (en face de Bétonsalon)

75013 Paris – M° Bibliothèque François Mitterrand (ligne 14 ou RER C)

PROGRAMME

Jeudi 23 octobre 2014 – Université Paris 7, 18-20 h

« Le texte est l’________ de l’image », avec Anne-Lise Broyer et Julien Bismuth

Lancement de la collection de livres d’artistes inédits et originaux Les Contemporains, aux éditions Manucius. Premiers volumes : Out of Whack d’Art & Language et Collaborative Works par Benoît Maire et Falke Pisano (4 euros, 54 pages, illustrations N&B).

Jeudi 20 novembre 2014 Université Paris 7, 18-20 h

Après « The artist and the bunker », avec Laure Prouvost et Alex Cecchetti

Jeudi 12 mars 2015 – Université Paris 7, 18-20 h (sous réserve – date à confirmer)

« Let’s dance, let’s talk ! », avec Faustin Linyekula et Olivia Rosenthal

Lancement du collectif Littérature et danse contemporaine, entre fiction et performances écrites aux éditions du Centre National de la Danse, collection Recherches, dirigé par Magali Nachtergael et Lucille Toth (2015).

Jeudi 09 avril 2015 – Université Paris 7, 18-20 h

Séance proposée par Nina Rocipon, doctorante à Paris 7.

« Dépaysement », avec Jean-Christophe Bailly et Danielle Vallet-Kleiner

Contact / infos :

Info.lescontemporains@gmail.com

Appel à communication : Maladie(s) du pouvoir : dialogues du pathologique et du politique

 

Appel à communication

Maladie(s) du pouvoir : dialogues du pathologique et du politique

Organisateurs : Dominique Memmi, Stanis Perez.

La journée d’étude se veut interdisciplinaire (histoire, sciences politiques, sociologie) et transpériodique puisqu’elle se propose de rassembler des travaux (achevés ou en cours) autour de la relation entre pouvoir et maladie, à la fois au niveau des conséquences des états pathologiques sur les puissants mais aussi au niveau de l’exercice du pouvoir, dans ses dérives ou par sa critique, comme une forme de maladie.

La figure du Prince malade est un poncif des systèmes monarchiques qui ne pensent la transmission du pouvoir qu’au moment du décès ou de l’abdication. En parallèle, l’exercice du pouvoir, de l’Antiquité à nos jours, est censé être synonyme d’une souffrance ou d’une fatigue en même temps qu’une forme de passion susceptible de déboucher sur la tyrannie et la cruauté, conçues alors comme des manifestations d’une forme de folie alimentée par l’autorité et la démesure qu’elle implique souvent. Les images du dictateur fou, paranoïaque ou cyclothymique, du monarque narcissique, apathique ou pervers, interrogent sur l’usage normatif de catégories médicales, genrées, morales et politiques qui sont étroitement associées, et au-delà de toute métaphore, dans le verdict ou le diagnostic historique.

 

L’objectif est d’étudier les interactions entre pouvoirs et états pathologiques (décrits comme tels au moment où ils se manifestent ou longtemps après) tant dans le cas d’une perturbation de l’autorité que dans celui d’une critique médicale de la puissance souveraine et de ses agents (dans les régimes autoritaires ou autres). L’enjeu est d’observer le dialogue entre politisation des faits pathologiques (la maladie du Prince est une crise politique) et, à l’inverse, la médicalisation du politique (les erreurs de gouvernance témoignent d’une déviance du Prince ou du régime voire d’une « maladie » plus globale du système).

 

Depuis l’Antiquité, l’exercice du pouvoir est scruté en tant que pratique exposée à des risques et des aléas multiples. L’ « ivresse » à laquelle on l’associe est en soi une expression révélatrice, à partir du langage courant, de la tendance à lire et à interpréter les actes déviants ou excessifs du pouvoir souverain comme les effets d’une maladie du Prince (When Illness Strikes the Leader, J. M. Post, R. S. Robins (dir.), Yale University Press, 1993). Entre les périodes antiques et modernes, les systèmes politiques ont eu tendance à centraliser, à des échelles différentes, la prise de décision en accentuant l’importance des épisodes pathologiques ou des handicaps dont pouvaient souffrir les dirigeants ou les dirigeantes (X. Le Person, « Practiques » et « practiqueurs ». La vie politique à la fin du règne de Henri III, Droz, 2002 ; S. Perez, La santé de Louis XIV. Une biohistoire du roi-Soleil, rééd., Perrin, 2010). Les cas de tyrans sanguinaires, d’empereurs fous, de rois goutteux ou impuissants, de reines névrosées, de successeurs handicapés ou « simples d’esprit », ont ponctué l’Histoire. Et ces topoi ont été renouvelés au cours de la période moderne dans une optique plus ou moins juridique : le roi de France a beau avoir deux corps, comme son homologue anglais, il souffre et meurt comme à peu près n’importe qui (R. Giesey, Le Roi ne meurt jamais, Flammarion, 1987/ S. Perez, « Le roi meurt un jour », introduction à La Mort des rois, Millon, 2006). Mais si chacun en convient, le droit successoral ferme les yeux sur la maladie pour ne tenir compte que du décès : pour le juriste, le Prince ne serait-il jamais malade ?

Au 19e et 20e s, les figures protéiformes du souverain, du président, voire du dictateur, ont renouvelé cette vision tout en restant fidèle à l’utilisation de métaphores ou de descriptions relevant du discours médical (la problématique est aussi abordée dans des ouvrages de vulgarisation : P. Accoce, P. Rentchnik, Ces malades qui nous gouvernent, Stock, rééd., 1996 ; D. Owen, In Sickness and in Health : The Politics of Medicine, Quartet Books, 1976). Les figures inquiétantes du monstre, du pervers, du paranoïaque sont entrées dans les annales de régimes plus ou moins dictatoriaux en instaurant un dialogue tacite entre politique et médecine (synthèse transculturelle par A.-M. Moulin, Le Médecin du Prince, O. Jacob, 2010), entre état pathologique et droit naturel, entre médecine, genre et nation (E. Dorlin, La Matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, La Découverte, 2006). Tombés malades « naturellement » ou rendus tels par leur fonction, le Pater Patria comme le dictateur, de Caligula à Hitler, semblent enfermés dans un tableau pathologique qui tente de diagnostiquer et d’évaluer l’action politique à la lueur du discours médical voire spécifiquement psychiatrique, que ce soit au sens littéral (D. Pick, The Pursuit of the Nazi Mind : Hitler, Hess, and the Analysts, Oxford University Press, 2012) ou, plus classiquement, métaphorique (S. Sontag, La Maladie comme métaphore, rééd., Bourgois, 2009).

Si les épisodes de maladie fragilisent théoriquement l’autorité personnelle, l’exercice de la puissance souveraine, qu’elle se fonde sur un contrat social, sur un coup d’Etat ou sur le droit divin, rendent toujours complexe la question de la santé d’une personne censée être publique. Et, dans bien des cas, celle-ci tend à dissimuler son état réel (à ce que l’historien, le journaliste et/ou le médecin peuvent en connaître notamment pour des périodes reculées, cf. la thèse d’histoire de M. Winter, soutenue à l’EHESS en 2003, « Corps, maladie et pouvoir à l’époque carolingienne »). La raison d’Etat censure souvent les bulletins de santé en esquivant le problème de la compétence physique et mentale de la dirigeante ou du dirigeant (le cas Mitterrand-Gubler est-il réellement exceptionnel ? voir, pour d’autres pays, R. Mc Dermott, Presidential Leadership, Illness, and Decision Making, Cambridge University Press, 2008) en même temps qu’elle peut aussi être considérée, dans ses dérives autoritaires, paternalistes ou répressives, comme le symptôme d’une maladie dont souffriraient, au final, tous les régimes. A ce titre, il revient aux sociologues, politistes et aux historien.ne.s de clarifier les choses en interrogeant une sémantique du pouvoir qui varie peu sur la longue durée.

 

Les communications retenues, qu’elles relèvent du champ historique, politique, sociologique ou anthropologique, s’inscriront au moins dans l’un des trois axes méthodologiques suivants :

-utiliser un ou plusieurs exemples concrets traités sous forme d’étude de cas (cf. J.- Cl. Passeron, J. Revel, Penser par cas, Ed. de l’EHESS, 2005), en  contextualisant l’exemple choisi (si possible de façon interdisciplinaire) et en le confrontant à un modèle qu’il valide ou non.

-déconstruire le déterminisme trivial qui associe les errements du pouvoir à la déviance d’un individu ou d’un groupe, qui relie l’excès ou le déficit d’autorité à une manifestation pathologique. Evidemment, cette lecture constitue elle-même un objet historique ou sociologique dans la mesure où elle exprime une critique du pouvoir.

-trier et analyser les notions et catégories, forcément normatives, qui permettent de penser, de dire ou de critiquer, la faiblesse, la mauvaise santé ou la brutalité excessive (considérée comme pathologique) de l’empereur, du roi, du/ de la président.e, du leader, du tyran, etc.

 

Un résumé de la communication envisagée (300 mots maximum) et un CV (accompagné d’une bibliographie sélective des travaux réalisés sur le thème de la manifestation) devront parvenir avant le 21 juillet 2014.

 

Comité scientifique :

 

Catherine Achin, Université de Paris XII-Créteil, CRESPPA

Xavier Le Person, Université de Paris IV-Sorbonne, IEP Paris

Frédérique Matonti, Université de Paris I-Panthéon Sorbonne, CRPS/CNRS

Dominique Memmi, CNRS/CSU, MSH Paris-Nord

Stanis Perez, Université de Paris 13, Pléiade, MSH Paris-Nord

Benjamin Stora, Université Paris 13, Pléiade, IEN

Contact : Stanis Perez (stanis.perez@mshparisnord.fr)

 

 

Appel à communication : MIQUEL BARCELÓ, PORTRAITS / AUTOPORTRAITS

MIQUEL BARCELÓ, PORTRAITS / AUTOPORTRAITS
17 et 18 décembre 2014
Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité
Appel à communications
Ce colloque international s’intéressera aux portraits et autoportraits peints ou dessinés par l’artiste ainsi qu’aux portraits de celui-ci réalisés par les subjectivités des critiques d’art, des photographes et des cinéastes. Il s’agira de s’interroger sur la façon dont Barceló révèle l’identité de ses modèles, mais également de voir comment d’autres artistes ont cherché à rendre compte de son oeuvre, de sa vision de l’art et de son histoire.
Artiste aux collaborations multiples, n’hésitant pas à mettre son art au service des textes, du Nouveau Testament à la Divine Comédie en passant par les récits de Paul Bowles et de Michel Butor, Miquel Barceló a pu dire du Christ modelé pour la chapelle du Saint-Sacrement de la cathédrale de Palma de Majorque qu’il l’avait réalisé comme un autoportrait. Nous proposons d’apprécier la place de l’autoportrait dans l’ensemble de son oeuvre intime ou publique, qu’elle soit destinée à un espace profane ou à un espace sacré.
Parmi ces deux axes, nous retiendrons notamment :
De Miquel Barceló :
– Les portraits et autoportraits de l’artiste.
– L’autobiographie dans ses différents cahiers (image et texte) et illustrations.
Sur Miquel Barceló :
– Les portraits photographiques de Jean-Marie del Moral, Toni Amengual, Agustí Torres et Óscar Fernández Orengo.
– Les portraits filmés consacrés au peintre réalisés par Isaki Lacuesta, Jean-Louis Comolli et Luis Ortas.
– Les portraits d’Hervé Guibert, de Dore Ashton, d’Enrique Juncosa ou de Michael Damiano.
Ces pistes ne sont pas exhaustives. Les propositions (2000 caractères maximum, espaces compris, au format .doc) sont à envoyer à Cécile Vincent-Cassy (vincentcassy@wanadoo.fr) et Brice Castanon-Akrami (brice.castanon@univ-paris13.fr) avant le 15 mai 2014. Les communications pourront se faire en français, en espagnol ou en anglais. Une notification d’acceptation sera envoyée le 15 juillet 2014.
Brice Castanon-Akrami et Cécile Vincent-Cassy

Parution de “L’Enfant-Shoah” sous la direction d’Ivan Jablonka

L’ouvrage

Pendant la Seconde Guerre mondiale, un million et demi d’enfants juifs ont été assassinés. En 1945, ceux qui vivent encore sont, à proprement parler, des survivants. Cachés pendant la guerre, rescapés des camps, orphelins, confiés à des maisons d’enfants ou élevés par des parents brisés, tous sont voués à grandir dans l’ombre de la Shoah. Comment se construire lorsqu’on porte un si lourd héritage ? Qu’ils aient grandi en France, en Grande-Bretagne, en Pologne, en Israël, aux États-Unis, ces enfants ont appris un métier, se sont mariés, ont mené leur vie comme tout un chacun. Ils ont raconté – ou omis de raconter – leurs épreuves à leurs propres enfants, qui sont devenus, nolens volens, les dépositaires de leur histoire.

Table des matières

Préface de Boris Cyrulnik

I. Enfances d’après-guerre

Audrey KICHELEWSKI (Université de Strasbourg) et Judith LINDENBERG (EHESS) – « Les enfants accusent ». Témoignages d’enfants survivants dans le monde polonais et yiddish

Maggie KIRSH (University of Wisconsin-Madison) – La politique de placement des enfants en Grande-Bretagne et en Palestine

Kathy HAZAN (Œuvre de secours aux enfants) – Les collectivités d’enfants juifs en France après la Shoah

Laura HOBSON FAURE (Université Paris 3) – Les enfants juifs et le Joint dans la France d’après-guerre

Catherine POUJOL (Université libre de Bruxelles) – La restitution des enfants juifs cachés par l’Église de France

Patrick CABANEL (Université de Toulouse-Le Mirail) – Enfants juifs et mamans Justes

II. Deuil et traumatismes

Nathalie ZAJDE (Université Paris 8) – La thérapie des enfants cachés : entre psychologie et histoire

Marion FELDMAN (Université Paris Descartes) – Psychopathologie des enfants cachés en France

Irène EPELBAUM (Œuvre de secours aux enfants) – Les groupes de parole d’enfants cachés

Masha ITZHAKI (Inalco) – Aharon Appelfeld, l’enfant romancier

Frosa PEJOSKA-BOUCHEREAU (Inalco) – Danilo Kiš ou le témoin au futur

III. Transmettre

Sarah GENSBURGER (CNRS) – « C’étaient des enfants » : retour sur une exposition

Aurélie BARJONET (Université de Versailles-Saint-Quentin) – Les petits-enfants : une génération d’écrivains hantés

Marianne RUBINSTEIN (écrivain) – Restaurer la colonne vertébrale de nos familles

Ivan JABLONKA (Université de Paris 13) – Petit-fils, historien, Juif

A propos des auteurs

Ivan Jablonka est professeur d’histoire à l’université de Paris 13. Il a notamment publié Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus (Seuil, 2012 Prix du Sénat du livre d’histoire, Prix Guizot de l’Académie française, Prix Augustin-Thierry des Rendez-vous de l’histoire de Blois).

 

Appel à communications “Les discours métalinguistiques”

COLLOQUE  « LES DISCOURS METALINGUISTIQUES 2 »
Appel à communications

L’axe 4 de Pléiade-CRIDAF (CRIDAF EA453, Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité) organise un colloque sur le thème suivant : Les discours métalinguistiques.

 
Cette journée aura lieu à l’université de Paris 13 le vendredi 20 mars 2015 sur le site de Villetaneuse.Comité d’organisation :
Viviane Arigne, Christiane Migette

Comité scientifique :
Viviane Arigne (Université Paris 13, France), Nicolas Ballier (Université Paris Diderot-Paris 7, France), Philippe Bourdin (Université York, Toronto, Canada), Pierre Cotte (Université Paris-Sorbonne Paris 4, France), Philippe De Brabanter (Université Libre de Bruxelles, Belgique), Ilse Depraetere (Université Charles de Gaulle-Lille 3, France), Jean-Michel Fortis (CNRS et Université Paris Diderot-Paris 7, France), Brendan Gillon (Université McGill, Montréal, Canada), Geneviève Girard-Gillet (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, France), Jacqueline Guéron (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, France), James Hampton (City University, Londres, Royaume Uni), Christiane Migette (Université Paris 13, France), Philip Miller (Université Paris Diderot-Paris 7, France), Sara Mondini (Université de Padoue, Italie), Michael Stubbs (Université de Trèves, Allemagne)

Langue des communications : français, anglais

Soumission des propositions de communications :

• la date limite de soumission des abstracts est le mardi 8 juillet 2014
• les propositions doivent être anonymes et être envoyées au format pdf. Elles ne doivent pas dépasser trois pages A4, bibliographie et schémas (ou tableaux) éventuels compris.
• merci d’envoyer votre proposition en document attaché aux 2 adresses électroniques suivantes :
viviane.arigne[at]orange.fr
christiane.migette[at]univ-paris13.fr
• dans le titre de votre message, merci de préciser « Colloque DiscMét 20 mars 2015 »
• dans le texte de votre message accompagnant le document attaché merci de donner les informations suivantes : i) titre de votre proposition, ii) nom, prénom, adresse géographique, affiliation, adresse électronique (informations à donner pour chacun des auteurs dans le cas où il y a plusieurs auteurs).Notifications d’acceptation : samedi 15 novembre 2014

 
• Les discours métalinguistiques. Théorisations et recherche linguistique
Ce colloque se propose de poursuivre la réflexion sur la diversité des théories et théorisations linguistiques qui avait été lancée par le CRIDAF-EA453 en 2012. Il est conçu comme l’approfondissement du champ d’étude ouvert par cette première rencontre, dont l’objectif était de mener une réflexion sur les résultats de la recherche linguistique et les appareils théoriques, dans une perspective de linguistique anglaise et de linguistique générale. S’ajoutera en 2015 une orientation nouvelle qui est celle de l’articulation de la linguistique avec d’autres disciplines et champs de recherche connexes, tels que la philosophie et la philosophie du langage, la psychologie et les neurosciences.

– La recherche linguistique s’exprime dans chacun de ses domaines d’étude que sont la phonologie, la morphologie, la syntaxe et la sémantique. Elle est en outre traversée de courants théoriques divers (guillaumien, générativiste, énonciativiste, cognitiviste…) et attribue volontiers des noms à ses courants ou sous-courants (théorie des traces, théorie du liage, grammaires de construction, grammaires cognitives…). A cela, s’ajoutent des étiquettes renvoyant à des méthodes et des pratiques (linguistique de terrain, linguistique de corpus, traitement automatique des langues…). Tout cela conduit à une prolifération terminologique aussi bien qu’à une prolifération des discours tenus par les linguistes sur un même phénomène, et à une fragmentation du savoir.
– Par ailleurs, d’autres disciplines décrivent et analysent la langue, avec leurs présupposés et traditions théoriques propres. On pense à certains domaines de la philosophie comme l’ontologie ou la logique, à ce qui est connu sous le nom de philosophie analytique, à la psychologie ou aux neurosciences, comme par exemple les neurosciences computationnelles.

 
Il s’agira d’une part de soumettre à l’examen et, éventuellement, de confronter des discours métalin­guis­­tiques afin d’évaluer leur pouvoir descriptif et explicatif, et de voir d’autre part comment les théorisations des disciplines connexes évoquées ci-dessus peuvent s’articuler à certaines constructions théoriques proprement linguistiques.

La réflexion peut emprunter plusieurs voies :
– Dans une perspective interdisciplinaire, on pourra étudier les éventuels apports de ces disciplines à la théorisation linguistique et à un savoir sur la langue, ainsi que la façon dont leurs discours théoriques peuvent être adaptés à la théorisation linguistique ; on étudiera les éventuelles convergences d’analyses menées indépendamment dans tel ou tel champ disciplinaire.
• Certains termes de ces disciplines connexes se retrouvent en linguistique : renvoient-ils aux mêmes concepts ? A-t-on affaire aux mêmes objets ou aux mêmes problématiques ? Est-il possible de penser le passage d’un objet à un autre ? L’importation de tel ou tel concept est-elle légitime en linguistique? L’objet linguistique n’est-t-il pas, de par sa nature linguistique, doté de spécificités irréductibles ? Est-il possible de décrire ces spécificités ?
• Dans cette même perspective, on pourra également s’interroger sur les enseignements que la linguistique peut tirer de la fréquentation des autres disciplines : connaissance de la langue, enseignements méthodologiques…
– Dans une perspective intra-disciplinaire, certaines propositions ou descriptions théoriques trouvent parfois une traduction dans une autre théorie. On peut alors tenter de voir si, et en quoi, l’une ou l’autre de ces façons de faire ou postures théoriques est plus adaptée à la nature des phénomènes que l’on se propose de décrire.
• De même, on pourra réfléchir sur les théorisations de la linguistique anglaise en France dans la deuxième moitié du XXe siècle qui se sont données comme énonciatives. Dans la mesure où les théories énonciatives sont construites sur un soubassement de type cognitif, certains de leurs résultats peuvent-ils être rapportés et, le cas échéant, confrontés à ce que proposent les grammaires qui se donnent le nom de cognitives ?
• Une théorisation particulière comble-t-elle, par endroits, les lacunes d’une autre ? Par exemple, en apportant des définitions, en clarifiant les niveaux de description où elle opère…
• Telle présentation donnée comme nouvelle évite-t-elle répétition et psittacisme ? Les résultats et la réflexion sont-ils vraiment nouveaux ?
• La traduction d’une théorie dans une autre passe parfois par certains abandons théoriques de concepts, postures, ou raisonnements, dont est montré le caractère non nécessaire. Que convient-il d’éliminer, que convient-il de garder ?Les propositions d’intervention pourront se focaliser sur un phénomène linguistique unique vu à travers différentes approches, l’analyse détaillée de tel raisonnement mis en œuvre, la définition même de concepts… Elles pourront également porter sur des questions d’interface entre la linguistique et un autre champ disciplinaire, l’étude d’un même phénomène par deux disciplines différentes, les diverses modalités de mise en œuvre d’un concept…  L’éventail proposé n’est bien entendu pas exhaustif. Ces propositions concerneront des analyses de linguistique anglaise, ou de linguistique contrastive incluant l’anglais.

Pléiade-CRIDAF (EA453, Université Paris13, Sorbonne Paris Cité)
http://pleiade.hypotheses.org
axe 4 : Circulations, transferts, adaptations
thème 4 : Courants linguistiques, discours et langues : constructions et ajustements

 
Call for papers

“METALINGUISTIC DISCOURSES”
Axis 4 of Pléiade-CRIDAF (Université Paris 13-Sorbonne Paris Cité) is organising a conference on the topic of ‘Metalinguistic discourses’.

The conference will take place at the Université Paris 13 in Villetaneuse on Friday 20 March 2015.Organising committee:
Viviane Arigne, Christiane Migette

Scientific committee
Viviane Arigne (Université Paris 13, France), Nicolas Ballier (Université Paris Diderot-Paris 7, France), Philippe Bourdin (York University, Toronto, Canada), Pierre Cotte (Université Paris-Sorbonne Paris 4, France), Philippe De Brabanter (Université Libre de Bruxelles, Belgium), Ilse Depraetere (Université Charles de Gaulle-Lille 3, France), Jean-Michel Fortis (CNRS and Université Paris Diderot-Paris 7, France), Brendan Gillon (McGill University, Montreal, Canada), Geneviève Girard-Gillet (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, France), Jacqueline Guéron (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, France), James Hampton (City University London, United Kingdom), Christiane Migette (Université Paris 13, France), Philip Miller (Université Paris Diderot-Paris 7, France), Sara Mondini (Università degli Studi di Padova, Italy), Michael Stubbs (Universität Trier, Germany)

Languages: French, English

Deadline for submissionsTuesday 8 July 2014

• abstracts should be anonymous and be sent in pdf format. They should not exceed three A4 pages including references and tables.
• please send your submission to:
viviane.arigneatorange.fr and christiane.migetteatuniv-paris13.fr
• please mention in the title of your message ‘Colloque DiscMét 20 mars 2015’
• your e-mail should state your name, the title of your paper, geographical address, institutional affiliation and e-mail address.Notifications of acceptance15 November 2014

Metalinguistic discourses. Theorization and linguistic research
The aim of this conference is to conduct an inquiry into the heterogeneity and variety of linguistic theories and linguistic theorization, by assessing the results of linguistic research as well as various theoretical frameworks, whether in English or general linguistics.

This conference is a follow-up of the first conference organized by CRIDAF-EA453 in 2012 on the topic of linguistic theories and theorization. Its purpose is to go deeper into the field of study initially explored by that first meeting, which aimed at assessing the results of linguistic research as well as various theoretical frameworks, both in English or general linguistics. While still addressing issues internal to linguistics, this second conference will also focus on the relationship of linguistics with other disciplines, studying how linguistics interfaces with related fields of study such as philosophy and philosophy of language, psychology and neurosciences.

Contemporary linguistic research is diverse and uses a great variety of concepts and terms, which pertain to its fields of study (phonology, morphology, syntax, semantics), to its various theoretical trends (Guillaume’s psycho-mechanics, generativist, enunciativist, cognitivist trends, etc.) or sub-trends (trace theory, binding theory, construction grammars, cognitive grammars, etc.). Other labels are used to refer to methods or working practices, such as field linguistics, corpus linguistics, automatic treatment of natural languages. All this leads to a proliferation of theoretical terms as well as theoretical discourses and to the consequent fragmentation of knowledge. Besides, other disciplines describe and analyse languages using their own traditional modes of thinking and theoretical presuppositions. One thinks, for example, of the subfields of philosophy such as ontology and logic, what is known as analytic philosophy, psychology or neurosciences (for instance computational neurosciences).

The discussions will try to analyse and possibly confront metalinguistic theoretical discourses so as to evaluate their descriptive and explanatory power, and to study how theorization within the aforementioned related disciplines can interface with other theoretical constructs belonging to linguistics proper. The issue can be approached from various angles.

From an interdisciplinary point of view, a possible approach would be to study the way these disciplines may have contributed to linguistic theorization and to knowledge about language and languages, as well as the way their theoretical discourses can be adapted to linguistic theorization; one may also focus on the possible convergence of analyses conducted independently in one particular domain of study.
• Some of the terms used in these related disciplines are also found in linguistics: do they refer to the same concepts? Do we deal with the same objects or the same issues? Can one conceive of, and describe, the transition from one type of object to another? Is the use of this or that borrowed concept legitimate in linguistics? Because they pertain to linguistics, do linguistic objects not have irreducible specificities? Can those specificities be described?
• In the same line of thought, one can also investigate the lessons linguistics can draw from its association with other disciplines: knowledge about language, method…
From an intra-disciplinary point of view, some theoretical or descriptive stances sometimes translate rather easily into another theoretical framework. One may try to see how one particular stance is better adapted to the empirical phenomena one is endeavouring to analyse.
• One may also study the theoretical frameworks English linguistics has given itself in France in the second half of the 20th century. Insofar as enunciativist theories acknowledge some kind of underlying cognitive basis, can some of their results be related to some of the propositions put forward by those grammars which call themselves cognitive?
• Does one type of theorization make up for the shortcomings of another, for example, by giving explicit definitions, or clarifying its levels of description? Conversely, does one theoretical presentation which is given as new succeed in escaping repetition and theoretical psittacism? Does it actually break new ground?
• Translating one theory into another sometimes implies abandoning certain theoretical concepts,   stances or ways of reasoning which are shown to be no longer crucial or necessary. What should the linguist discard and what should he retain? 

Papers may focus on one particular linguistic phenomenon seen through different approaches, the thorough analysis of an argument, or the definition of concepts. They can also concentrate on the  problems of interface between linguistics and other disciplinary fields, the study of what appears to be one particular phenomenon by two different disciplines, the various ways one concept is understood and implemented… The suggested list is by no means exhaustive. All papers should deal with English linguistics, or contrastive linguistics including the study of English.

 

Appel à communication “La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle”

La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

Journées d’étude à l’Université Paris 13 les 10 et 11 avril 2015

Organisatrices : Elina Absalyamova et Valérie Stiénon (Université Paris 13 – Pléiade)

Époque d’affirmation de la lecture individuelle et publique, le XIXe siècle est témoin de la massification du lectorat, d’une évolution significative de son alphabétisation et de son extension à de nouvelles catégories de personnes : ouvriers, femmes, enfants. C’est l’imprimé à diffusion périodique qui capte la majeure partie de ce lectorat et l’oriente, dans les foyers, les cafés, les cercles et les cabinets de lecture, vers les « lectures pour tous ». Les études socio-historiques ont souligné la diversité culturelle et la mixité sociale d’un tel public qui, face à la crise de la librairie et au coût du livre, fréquente les kiosques de location, lit le journal à différentes vitesses, parfois par sous-abonnement, et compile patiemment les livraisons du feuilleton. De la sorte, le journal est consulté, manipulé et conservé, en plus d’être montré et dit à la faveur d’une réclame qui le fait pénétrer dans l’espace public à grand renfort de crieurs et d’affiches.

En complément des traces de ces pratiques subsistant dans les archives des bureaux de rédaction, les registres des libraires-éditeurs et les rares catalogues conservés des cabinets de lectures, les études en littérature et en histoire culturelle ont investigué les témoignages livrés par la fiction littéraire. Elles ont révélé du lecteur une figure de récepteur à éduquer et moraliser, et ont élucidé notamment le topos des lectures pour grisettes et la répartition sexuée des catégories génériques. Exploitant la critique journalistique et les documents informant des jugements formulés par les acteurs de la vie littéraire, les études de réception ont quant à elles mis en évidence les manifestations discursives des réactions du public, que celui-ci soit restreint, moyen ou populaire. C’était là toucher à des données essentielles, puisque sa participation à la « civilisation du journal » et aux nouveaux espaces d’expression ainsi constitués offre à ce lectorat l’occasion de façonner le fait culturel en commentant l’actualité, en orientant le roman-feuilleton, en réagissant à la parution des œuvres. Pour autant, le lecteur comme acteur du champ littéraire interagit-il vraiment avec les écrivains, les éditeurs et les directeurs de journaux ?

Certes, le lecteur réel échappe pour une grande part au regard rétrospectif. Mais sa présence discursive en texte reste observable. À défaut d’évaluer la portée effective de ses interactions, on peut discerner ses voix dans les discours qui lui sont attribués. Comme dispositif pragmatique tourné vers les consommateurs, le journal est un vecteur déterminant de l’expression du lectorat. D’une part, il construit un système d’adresses et de réponses propice au dialogue différé des lecteurs avec les auteurs. D’autre part, il instaure une périodicité qui permet des effets sériels d’allusions et d’échos. Ce faisant, il programme une réception différenciée dans un nouveau mode de communication identifié à la naissance de l’ère médiatique sous la Monarchie de Juillet. La presse est alors le support où se négocient les modèles d’écritures et les valeurs littéraires, le lieu où s’observe l’évolution des ressources oratoires, parlementaires et cénaculaires, le terrain d’hybridation des discours, des genres et des styles. Présentés comme authentiques, mais bien souvent créés de toutes pièces par les équipes rédactionnelles, les retours du lecteur comportent d’intéressantes données culturelles et littéraires : discours critiques, échanges avec les instances d’émergence ou de diffusion, jugements métalittéraires, présentation d’extraits poétiques ou romanesques, revendication d’originalité ou reproche d’usurpation en littérature, etc.

Ce sont ces « voix » multiples que l’on propose d’étudier. De quels moyens le journal dispose-t-il pour donner la parole à ses lecteurs et que nous apprennent ces retours du récepteur ? Répondre à cette double question nécessite d’observer des lieux et des procédés qui vont de la rubrique spécifique (courrier du lecteur, correspondance, droit de réponse) au schéma discursif (dialogue, causerie, badinage), en passant par le cadre générique importé (modèle épistolaire, lettre ouverte) ou détourné de ses fonctions (notes de bas de page du feuilleton, encarts publicitaires). En observant ainsi la réception culturelle à travers sa réappropriation au sein du périodique, la réflexion entend préciser la genèse de la culture médiatique au tournant du siècle et, par contraste, déterminer les spécificités que lui apporte le XIXe siècle. C’est l’occasion d’examiner comment le médium intègre un imaginaire communicationnel qui participe à sa propre dynamique pragmatique – ce dont témoigne, au second degré, la mise en abyme de ses ressources par le journal lui-même : courrier des lecteurs parodique, interpellations moqueuses, déni ludique de la réception, etc.

Les voix du lecteur en journal constituent par ailleurs un mode d’accès privilégié à la variabilité socio-culturelle des pratiques de décodage et d’appropriation. Entre adhésion et démarcation, celles-ci révèlent des habitus de classes et des traits distinctifs propres à certains cercles de sociabilité. Touchant aux prérequis cognitifs et aux conditions culturelles de la lecture, elles laissent entrevoir la complexité des cadres de socialisation qui forment les lecteurs et la nature des communautés discursives qui fondent une part de leur dynamique sur la connivence entretenue avec le lectorat. Les résonances du lecteur dans la communication de grande diffusion, qu’emblématisent les jalons médiatiques de 1836 et de 1863, permettent-elles de mieux cerner les usages de l’objet textuel par la société du XIXe siècle ? Qu’apprenons-nous de la dynamique de l’interprétation qui s’y joue jusqu’au malentendu et au décodage erroné ?

En associant l’étude des imaginaires médiatiques à l’histoire culturelle des pratiques, ces deux journées ont pour objectif d’éclairer la question polémique des rôles et des statuts du lectorat pour déterminer dans quelle mesure le public participe au dialogue créatif avec les producteurs, à la configuration des genres, à la promotion des œuvres et aux définitions de l’écrivain en régime médiatique. On s’attachera autant aux modes supposés de lecture qu’à la créativité du journal dans sa manière de figurer sa propre réception. À rebours de l’idée reçue selon laquelle la diffusion accrue de l’imprimé aurait éclipsé la parole vive, la réflexion vise à penser les passages entre la causerie/conversation et le discours métalittéraire tels qu’ils se réalisent dans la presse. Cette étude doit permettre de mieux cerner les rôles respectifs des lecteurs-consommateurs, non spécifiques à la littérature, et des lecteurs-commentateurs impliqués dans le système littéraire. Trois orientations sont proposées :

historique : les informations sur le lecteur en journal sont susceptibles d’enrichir la connaissance lacunaire des phénomènes de réception au XIXe siècle. Quels sont, en particulier, les facteurs de succès ou du refus d’une œuvre déductibles des commentaires : attractivité culturelle, connivence idéologique, habitudes esthétiques ? Par ailleurs, les distinctions entre grande et petite presses se traduisent-elles par des traitements différents des voix du lecteur ? Enfin, le statut d’exception accordé à certains lecteurs par contraste avec un lecteur lambda participe-t-il d’une évolution vers la vedettarisation de l’homme de lettres ?

poétique : l’articulation entre texte et discours au sein du journal est loin d’être circonscrite aux seules rubriques qui manifestent une interactivité avec le lecteur. Quelle que soit leur localisation, ces voix du lecteur font-elles apparaître le journal comme un espace de régularisation des discours ou d’expérimentation avec le langage ? Le discours assigné au lecteur est-il régi par une attention formelle (jeux de mots, aphorismes, métaphores, etc.) ou relève-t-il au contraire d’un emploi utilitaire, voire approximatif, de la langue ? On examinera à la fois les titres et les emplacements des rubriques, les postures auctoriales, les types de jugements engagés et les interactions figurées entre auteurs, lecteurs, rédacteurs, directeurs de journaux et éditeurs.

méthodologique : le profil textuel du lecteur est doublement marqué par une activité d’interprétation et une présence en discours. Son identité varie du sujet empirique à l’acte énonciatif en passant par la convocation d’un lecteur modèle. Comment définir ces contours, dès lors qu’il faut composer avec une authenticité incertaine et une frontière floue entre lectorat supposé et effectif ? On considérera la poétique de la signature du courrier des lecteurs (cryptonyme, pseudonyme, présentation professionnelle, formules convenues, etc.), le rôle des discours constituants, la pragmatique dialogique et les modes de désignation du destinataire (interpellation, apostrophe, prosopopée, transposition en discours rapporté, etc.).

Modalités

Les journées d’étude auront lieu à l’Université Paris 13 les 16 et 17 octobre 2014 et feront l’objet d’une publication ultérieure. Les propositions de participation (environ 500 mots) accompagnées d’une brève notice biobibliographique incluant coordonnées et mention de l’institution d’attache sont à adresser conjointement à Elina Absalyamova (elina.absalyamova@iutsd.univ-paris13.fr) et Valérie Stiénon (valerie.stienon@univ-paris13.fr) pour le 15 septembre 2014.

Bibliographie indicative

Angenot Marc, Les dehors de la littérature. Du roman populaire à la science-fiction, Paris, Champion, 2013.

Berthier Patrick, La Presse littéraire et dramatique au début de la Monarchie de Juillet (1830-1836), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001.

Bleton Paul, ça se lit comme un roman policier. Comprendre la lecture sérielle, Québec, Nota Bene, 1999.

Charle Christophe, Le Siècle de la presse : 1830-1939, Paris, Seuil, 2004.

Chollet Roland, « Le commerce de la lecture à Paris sous la Restauration », Romantisme, vol. 15, n° 47, 1985, p. 33-38.

Dufief Pierre-Jean (dir.), Les Journaux de la vie littéraire, actes du colloque de Brest 18-19 octobre 2007, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

Durand Pascal, « La ‘‘culture médiatique’’ au XIXe siècle. Essai de définition-périodisation », dans Quaderni, n° 39, 1999, p. 29-40.

Fix Florence et Fougère Marie-Ange (dir.), Lectures de Paul de Kock, Presses Universitaires de Dijon, 2011.

Galvan Jean-Pierre, « Les Mystères de Paris ». Eugène Sue et ses lecteurs, Paris, L’Harmattan, 1998, 2 vol.

Kalifa Dominique, Régnier Philippe, Thérenty Marie-Ève et Vaillant Alain (dir.), La Civilisation du journal. Une histoire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2012.

« La communication littéraire », Revue d’histoire littéraire de la France, n° 103, 2003.

Lyon-Caen Judith, La Lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallandier, 2006.

Lyons Martyn, Le Triomphe du livre. Une histoire sociologique de la lecture dans la France du XIXe siècle, Paris, Promodis, 1987.

Manguel Alberto, Une histoire de la lecture, Arles, Actes Sud, 1998.

Migozzi Jacques, Boulevards du populaire, Limoges, PULIM, 2005.

Moirand Sophie, Les Discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre, Paris, PUF, 2007.

Mollier Jean-Yves, La Lecture et ses publics à l’époque contemporaine. Essais d’histoire culturelle, Paris, PUF, 2001.

Pagès Alain, La Bataille littéraire, essai sur la réception du naturalisme à l’époque de Germinal, Paris, Librairie Séguier, 1989.

Parent-Lardeur Françoise, Les Cabinets de lecture. La lecture publique à Paris sous la Restauration, Paris, Payot, 1982.

Pillet Élisabeth et Thérenty Marie-Ève (dir.), Presse, chansons et culture orale au XIXe siècle. La parole vive au défi de l’ère médiatique, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2012.

Pinson Guillaume (dir.), La lettre et la presse : poétique de l’intime et culture médiatique, actes du colloque de l’Université Laval, 20-22 mai 2010, site Médias 19, URL : http://www.medias19.org/index.php?id=275.

Pinson Guillaume, L’imaginaire médiatique. Histoire et fiction du journal au XIXe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2013.

Queffélec Lise, « Le lecteur du roman comme lectrice : stratégies romanesques et stratégies critiques sous la Monarchie de Juillet » dans Romantisme, vol. 16, n° 53, 1986, pp. 9-22.

Riot-Sarcey Michèle (éd.), De la liberté des femmes. « Lettres de Dames » au Globe (1831-1832), Paris, Côté-femmes, 1992.

Saminadayar-Perrin Corinne et Millot Hélène (dir.), Spectacles de la parole, Saint-Étienne, Les Cahiers intempestifs, 2003.

Saminadayar-Perrin Corinne, Les Discours du journal. Rhétorique et médias au xixe siècle (1836-1885), Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2007.

Stead Évanghélia et Vedrine Hélène (dir.) L’Europe des Revues (1880-1920). Estampes, photographies, illustrations, Paris, Presses universitaires Paris Sorbonne, 2008.

Thérenty Marie-Ève, La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, Seuil, 2007.

Thiesse Anne-Marie, Le Roman du quotidien. Lecteurs et lectures populaires à la Belle-Époque [1984], Paris, Seuil, 2000.

Vachon Stéphane, 1850. Tombeau de Balzac, Montréal/Saint-Denis, XYZ éditeur/Presses universitaires de Vincennes, 2007.

Vaillant Alain, L’Histoire littéraire, Paris, Armand Colin, 2010.

 

Colloque “Le rôle des organisations patronales en Europe dans la régulation de l’économie (XIXe-XXe siècles)”

OP 2014 Programme

PROGRAMME

Le rôle des organisations patronales en Europe dans la régulation de l’économie

(XIXe-XXe siècles)

4e colloque – Paris 19 et 20 juin 2014

Université de Paris 13 Sorbonne Paris Cité – (Pléiade-CRESC) –

Université de Panthéon – Sorbonne – Paris I (IDHES)

 

Jeudi 19 juin 2014  – Université de Paris 13

Institut Galilée – Amphi D

 

8h45 accueil

9h ouverture : Présidence de l’Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité

9h 15 : Introduction : D. FRABOULET et M. MARGAIRAZ 

Session 1 : Entre auto-régulation et collaboration avec l’État

Présidence : Dominique BARJOT (Université de Sorbonne – Paris  IV) 

9h30 Présentation de la session et questions transversales

10h Pierre VERNUS (Université Lumière Lyon 2)

Organisations patronales et régulation économique dans les industries lyonnaises de la soie (1860-1930)

10h15 Jean-Luc MASTIN (Université de Lille 3)

Le cartel des peigneurs de laine de Roubaix-Tourcoing de 1881 à 1914 : un moment clé de la régulation de l’industrie française du peignage de laine

10h30 Bruno PRATI (Université de Franche-Comté)

Le juste profit ou l’entente impossible. Le Syndicat des fondeurs sur modèle des Ardennes (SFMA) et la régulation de la concurrence (1931-1968)

10h45 Alain CORTAT (Université de Neuchâtel)

La régulation d’une industrie au niveau européen et mondial – Le contrôle des prix, de la production et des marchés par les associations patronales de l’industrie des câbles (1928-1970)

11h Pause

11h15 Cédric HUMAIR (Université de Lausanne) et Mathieu NARINDAL (Université de Neuchâtel)

Les organisations patronales suisses de l’hôtellerie et la cartellisation du marché : des premiers balbutiements locaux à l’instauration d’un système national en collaboration avec l’État (1879-1939)

11h30 Marco TEODORI (Université de Rome – La Sapienza) et Andrea ZANINI (Université de Gênes)

Self-regulation versus government intervention. The Italian Hoteliers’ Association and the hospitality market (1899-1939)

11h45 Discussion

12h30-14h Déjeuner

Session 2 : Organiser et réguler les secteurs bancaires et financiers

Présidence : Michel MARGAIRAZ (Université de Paris I Panthéon Sorbonne)

14h Présentation de la session et questions transversales

14h30 Miguel ARTOLA BLANCO (Université autonome de Madrid)

The Spanish banking association and the regulation of the financial system (1920-1940)

14h45 Olivier BUTZBACH (King’s College London and Second University of Naples)

Joint producers of norms: the Building Societies Association and the Chief Registrar of Friendly Societies (1945-1986)

15h Sabine EFFOSSE (Université de Paris X)

Le rôle des syndicats de constructeurs dans la création des nouveaux établissements de crédit à la consommation des années 1930 aux années 1950

15h15 Sébastien GUEX et Malik MAZBOURI (Université de Lausanne)

L’Association Suisse des Banquiers et l’organisation du marché (de 1912 à nos jours)

15h40 Béatrice TOUCHELAY (Université de Lille 3)

La discrète influence du patronat français sur un outil de régulation : la normalisation comptable (1947-1974)

15h55 Pause

16h15-17h15 Discussion

Vendredi 20 juin 2014  Université de Paris I

Salle Marc Bloch

Session 3 : La régulation des marchés agricoles

Présidence : Clotilde DRUELLE-KORN (Université de Limoges)

9h Présentation de la session et questions transversales

9h15 Jordi PLANAS (Université de Barcelone)

Winegrowers’ organizations and the regulation of wine markets in France and Spain in early twentieth century

9h30 Alain CHATRIOT (Centre de recherches historiques / CNRS-EHESS – Paris)

Le rôle des organisations agricoles françaises dans la politique économique au XXe siècle

9h45 Claudio ESANA et Andrea LOCATELLI (Université catholique du Sacré-Cœur de Milan)

The agrarian Bias’ and the regulation of market from WWII to the Common Agricultural Policy (1944-1964)

10h Discussion

10h45 Pause

Session 4 : Les organisations faîtières et la régulation

Présidence : Eric BUSSIÈRE (Université de Paris Sorbonne – Paris IV)

11h Présentation de la session et questions transversales

11h15 Philip OLLERENSHAW (Université de l’Ouest de l’Angleterre-Bristol)

British Employers’ Associations, Wartime Control and Postwar Deregulation (1914-1921 and 1939-1951)

11h30 Werner BÜHRER (Université de Munich)

German Business Associations Facing and Establishing Regulation (1945s-1957s)

11h45 Peter HEYRMAN (Université catholique de Louvain)

Balancing big and small. Belgian Small Business Interest Associations and the regulation of retail establishment

12h Paolo TEDESCHI (Université de Milan – Bicocca Dems)

Participation des associations patronales sidérurgiques à la définition des règles du marché au sein de la CECA (1950s-1960s)

12h15 Discussion

12h45 – 14h Déjeuner

Session 5 : Organisations patronales, travail et régulation économique

Présidence : Danièle FRABOULET (Université de Paris 13 Sorbonne Paris Cité)

14h Présentation de la session et questions transversales

14h15 Nicolas STOSKOPF (Université de Haute-Alsace)

La Société industrielle de Mulhouse et le travail des enfants (1826-1870)

14h30 Raymond DARTEVELLE (Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Les organisations patronales d’assurances face aux risques des accidents du travail : les enjeux d’une régulation économique (1898-1947)

14h45 Mélanie LAROCHE (Université de Montréal)

Les organisations patronales au Québec, le dialogue social et ses implications économiques

15h Discussion

15h30 Pause

15h45 Grands témoins :

– Jean-Pierre FINE, Secrétaire général de l’Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM)

– Jérôme FRANTZ, Président de la Fédération des industries mécaniques (FIM)

17h Conclusions par les organisateurs

17h45 – 18h30 Cocktail de clôture du programme de recherche

17 ème Colloque anglais sur l’anglais oral de Villetaneuse

Pléiade                                                                                                          ALOES

Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité                                           Association des Anglicistes

pour les études de Langue Orale

dans l’Enseignement Supérieur,

secondaire et élémentaire

 

 

PROGRAMME

17e Colloque de Villetaneuse sur l’anglais oral

 

Spoken English and the Media / L’anglais parlé et les médias

 

Université de Paris 13 – Campus de Villetaneuse

Vendredi 4 avril 2014, Institut Galilée (amphi Fermat)

10h00 : Accueil, allocution de bienvenue

10h30-11h15 : « Accentuation lexicale et suffixation en anglais : le cas de -al adjectival »

Quentin DABOUIS, LLL (UMR7270), Université de Tours

11h15-12h : « Les préfixés pluricatégoriels : réflexions méthodologiques sur l’analyse de corpus »

Véronique ABASQ, Quentin DABOUIS, Jean-Michel FOURNIER, Isabelle GIRARD et Marjolaine MARTIN, LLL (UMR7270), Université de Tours

12h-12h20 : Pause

12h20-13h05 : “Introducing Contemporary Palatalisation”

Olivier GLAIN, CEL (EA1663), Université Jean Monnet de Saint-Etienne

13h15 : Repas

15h00-15h45 : “This is Fresh Air: A Lifespan Study of Terry Gross

Lauren FRIEDMAN, University of Pennsylvania

15h45-16h30 : “On the representation and evolution of Australian English and New Zealand English”

Anne PRZEWOZNY et Cécile VIOLLAIN, CLLE-ERSS (UMR5263), Université de Toulouse le Mirail

16h45 : Assemblée générale de l’ALOES

20h00 : Dîner dans un restaurant parisien

 

Samedi 5 avril 2014, UFR LSHS (salle C204)

 

9h30-10h15 : “Word up! – The rise of rising tones in several varieties of contemporary English”

Stephan WILHELM, TIL (EA4182), Université de Bourgogne et CPGE Annecy (Lycée Berthollet)

10h15-11h00 : « “Right now, let’s go to…” : breaking news et parole de / dans l’urgence  »

Charlotte DANINO, FoReLL (EA3816), Université de Poitiers

11h-11h20 : Pause

11h20  : Conférence plénière

Jane STUART-SMITH, University of Glasgow

“No longer an elephant in the room: The influence of broadcast media on sound change

 in Scottish English”

 

12h45 : Déjeuner

14h15-15h : “Mediatised language: changing metalanguage?

Sarah FOXEN, Department of Modern Languages, University of Exeter

15h-15h45 : “Media and standardisation: an analysis of regional accent through film”

Kizzi EDENSOR-COSTILLE, CRISCO (EA4255), Université de Normandie (UCBN)

15h45-16h30 : “Patterns and variation in the weather forecast: can prosodic features be predicted too?”

Susan MOORE MAUROUX, CERES (EA3648), Université de Limoges

17h : Clôture du colloque

 

Vernissage de l’exposition “Homenaje a Zurbarán”, le jeudi 20 mars à partir de 12h30.

Homenaje a Zurbaran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La rencontre entre Charlotte Massip et le peintre Francisco de Zurbarán se fait par les corps des saintes. À travers eux, la graveuse les décompose, recompose. Elle nous oblige à parcourir leur image. Les organes sont mêlés, éparpillés, comme des pièces détachées.

Charlotte Massip n’est pas dans une démarche de croyante. Le travail qu’elle poursuit depuis plusieurs années sur le corps, les écorchés, l’anatomie, notamment féminine, a trouvé un puissant écho dans les tableaux de Zurbarán, et inspiré ses gravures à taille humaine. Ses saintes racontent une histoire de corps. Cécile Vincent-Cassy les a mis en mots. Dans ces textes faits pour être lus en regardant les oeuvres, les jeunes femmes s’adressent aux spectateurs à la première personne, rappelant leur histoire.

Les étudiants de l’atelier d’écriture de l’université Paris 13 se sont aussi livrés à l’exercice de la mise en mots de l’image. Ils ont écrit des textes inspirés par les gravures de Charlotte Massip et les tableaux de Zurbarán.

 

Vernissage le jeudi 20 mars à partir de 12h30

Date : du 18 mars au 11 avril 2014
Lieu : Café expo – Villetaneuse

Journée d’étude “Avatars contemporains du Marchand de Venise” le 28 mars

marchand
AVATARS CONTEMPORAINS DU MARCHAND DE VENISE 
En présence de la dramaturge Julia Pascal, auteure de The Merchant of Venice: the Shylock Play
Date : 28 mars 2013, 10h-18h
Lieu : université Paris 13, campus de Villetaneuse, bâtiment LSHS, salle C304
(http://www.univ-paris13.fr/acces-aux-campus.html)
Organisateurs :  Pléiade /CRIDAF  (Paris 13) ; RADAC (RADAC.fr)
Programme :
10h-10h30 = Accueil des participants et introduction de la journée
10h30-11h10 = Saunders, Graham, Reader in Theatre Studies. Université de Reading (Grande-Bretagne) : Anyone for Venice? Shakespeare’s The Merchant of Venice and Arnold Wesker’s Shylock.
11h10-11h50 = Peeters, Annie, chercheuse indépendante, RADAC : Shylock d’Arnold Wesker et Variations on the Merchant of Venice de Charles Marowitz : deux réécritures contemporaines du Marchand de Venise de William Shakespeare.
11h50-12h30 = Mézergues, Juliette, docteure de l’université Bordeaux III, comédienne, metteure en scène : Shylock face à Hitler : le rêve de Greenberg enfin réalisé.

12h30-14h = Déjeuner
14h-14h40 = Guinle, Francis, professeur Honoraire, université Lyon 2, / professeur, université de Jendouba (Tunisie) : Le Marchand de Venise à l’opéra au XXe siècle.

14h40-15h20 = Mari, Catherine, MCF, Université de Pau : Shylock’s Daughter : Shylock réhabilité ou la fantaisie cathartique.
15h20-16h = Goriely, Serge, chargé de cours à Université catholique de Louvain (Belgique), auteur dramatique, cinéaste : Fassbinder, l’argent et les Juifs – Regard sur Les ordures, la ville et la mort.16h-16h20 = Pause-café
16h20-17h = Starkier, Isabelle, MCF, Université d’Évry, actrice, metteure en scène : Texte et contexte : Comment (dé)monter le Marchand de Venise aujourd’hui ?
17h-17h40 = Danièle Kahn-Paycha, Professeur, Université Paris Ouest-Nanterre, « Exit Jew » : Shylock peut-il vraiment quitter la scène ?
Clôture de la journée
L’entrée est libre et gratuite. Toutefois, pour des raisons d’organisation, merci de m’envoyer un mail si vous prévoyez d’y assister. Agathe Torti-Alcayaga agathetorti@yahoo.fr
Argumentaire :
Le Marchand de Venise a toujours mis ses publics mal à l’aise. Son ambiguïté morale, l’ambivalence de ses personnages principaux – le « Marchand » du titre autant que son créditeur le Juif Shylock – a fait d’elle, au fil des siècles, la caution de l’antisémitisme le plus virulent autant que celle de la tolérance la plus avancée ; celle des valeurs de la société marchande la plus agressive autant que celle de sa critique la plus radicale.
Plusieurs dramaturges anglophones ont récrit peu ou prou cette pièce si dérangeante. La revue Coup de theatre, dans un volume intitulé Autour de Shylock : variations contemporaines publié cette année, a présenté la traduction de deux de ces pièces inédites en France : The Merchant of Venice : The Shylock Play de Julia Pascal et Shylock d’Arnold Wesker.
Cette journée d’études se penchera sur les présences contemporaines du Marchand de Venise. À travers ces résurgences, il s’agira de s’interroger sur les problèmes éthiques et artistiques liés à l’ambivalence, au tabou moral, à l’anachronisme, à la question de l’époque et de ses reflets, au type de visibilité des minorités opprimées qu’entretient l’histoire culturelle, nul ne pouvant prétendre à la posture de témoin modeste prétendument objectif d’un monde toujours en mouvement. Comment donc intégrer dans une histoire les attaques du passé contre des minorités, surtout après Hitler ? Quelle histoire de l’art et de la littérature faut-il dès lors refonder ? Aucune récriture du Marchand de Venise ne peut prétendre à l’innocence dépolitisée d’un simple plaisir citationnel. Les deux questions principales que posait la pièce au départ, celle de l’antisémitisme et celle de la naissance et du développement en flèche du capitalisme, sont encore aujourd’hui des clés politiques, morales et historiques essentielles pour la culture, la littérature et l’art.

Atelier épistémologique “Les émotions du.de la chercheur.se.” le 28/03/2014 10h-13h, en D300

 

Les émotions du.de la chercheur.se.

Partages et traitements pluridisciplinaires entre subjectivité et réflexivité

 

Atelier épistémologique de l’équipe Pléiade animé par Marie-Anne Paveau

Vendredi 28 mars 2014, 10h00 – 13h00

Ce second atelier annuel de l’axe 1 de l’équipe Pléiade « Penser les pluridisciplinarités. Épistémologies et pratiques » s’interrogera sur la manière dont le.a chercheur.se en sciences humaines construit une position scientifique qui tient compte de ses émotions et de son système de valeurs. Cette question, anciennement traitée en anthropologie et en ethnologie, est plus récemment prise en compte en histoire, et encore quasiment impensée en sciences du langage, sauf dans des secteurs très spécifiques comme la sociolinguistique et l’interactionnisme. Elle ouvre des questionnements importants, notamment autour de la neutralité de la science et de la co,ception de la connaissance. Les chercheur.se.s qui interviendront dans cette matinée, un historien et trois linguistes analystes du discours, essaieront de penser la nature et le rôle du « désir épistémologique » et des « émotions épistémiques » à travers leurs terrains respectifs.

Informations pratiques

Vendredi 28 mars 2014, 9h30-12h30, Université de Paris 13 Sorbonne Paris Cité, UFR LSHS, salle D 300, 2e étage

Pour venir à Paris 13, 99, av. J.-B. Clément, Villetaneuse : gare du nord départ banlieue en surface, arrêt gare d’Epinay-Villetaneuse puis bus 156, 354 ou 356, arrêt Université Paris 13

 

Programme

 

  •  François PEREA, Université de Montpellier 3, UMR Praxiling

Corpus sensibles / chercheurs sensibles : quelques aspects méthodologiques, relationnels et institutionnels

Mon parcours de chercheur est jalonné de corpus que l’on qualifie de “sensibles”. Il est notamment marqué par des rencontres avec des “objets” de recherche qui sont des personnes, des sujets, côtoyés au long cours et réduits, dans l’analyse, à un symptôme ou un stigmate  (“l’alcoolique” par exemple). De plus, certaines de ces recherches se déploient dans des espaces incontournables d’un point de vue anthropologique  mais peu valorisés voire critiqués dans le paysage scientifique des sciences du langage (l’ivresse, la jouissance…) ce qui entraîne certaines réactions institutionnelles affectant le chercheur.

De ce point de vue, corpus sensible renvoie tout autant aux conditions de la recherche qu’aux subjectivités en présence (l’enquêté, le chercheur, la communauté universitaire…) et à leurs émotions. La recherche s’en trouve imprégnée et le chercheur doit adapter, sortant parfois des cadres préétablis, sa démarche méthodologique et éthique, comme il doit gérer, auprès de ses collègues et de l’institution, une image de lui-même et de sa recherche affectées par ces espaces sensibles.

Références

Desclaux A., 2008, « L’éthique médicale appliquées aux sciences humaines et sociales : pertinence, limites, enjeux et ajustements nécessaires », dans Bulletin de la Société de Pathologie Exotique, vol. 101, no 2.

Baude O. (coord.), 2006, Corpus Oraux. Guide des bonnes pratiques, éd. Presses universitaires Orléans / CNRS éditions.

Doucet H., 2010, « De l’éthique de la recherche à l’éthique en recherche », dans Ethique publique, vol. 12, n°1.

Laurens S.  et Neyrat F., 2010, Enquêter : de quel droit ? Menaces sur l’enquête en sciences sociales, éd. du Croquant.

Perea F. et Morenon J., 2009, Langage et clinique de l’alcoolisme, Presses universitaire de la Méditerranée.

Roux S., 2010, « La transparence du voile : critique de l’anonymisation comme impératif déontologique », dans Enquêter : de quel droit ? Menaces sur l’enquête en sciences sociales

Informations sur François Perea

– page personnelle Praxiling Montpellier 3 : http://www.praxiling.fr/perea-francois.html

– site personnel : http://www.pling.fr/

– l’HDR de François Perea à Paris 13 : http://penseedudiscours.hypotheses.org/12753

 

  •  Ivan JABLONKA, Université de Paris 13, EA Pléiade

Écrire l’histoire des siens

Dans quelle mesure l’historien peut-il assumer sa part de subjectivité et d’individualité, pour s’inscrire dans une filiation non pas intellectuelle, comme il est courant, mais biologique ? Un essai de biographie familiale peut constituer à la fois une expérience micro-historique recourant au changement d’échelles et une réflexion sur les exigences de distance et de réflexivité qui s’imposent au chercheur. Il permet également de mettre en évidence les vertus épistémologiques de l’émotion.

Références

De Waal, Edmund, The Hare With Amber Eyes. A Hidden Inheritance, Londres, Random House, 2010 (trad. La Mémoire retrouvée, Paris, Albin Michel, 2011).

Dewerpe, Alain, Charonne, 8 février 1962. Anthropologie historique d’un massacre d’État, Paris, Gallimard, 2006.

Friedländer, Saul, Quand vient le souvenir…, Paris, Seuil, 1978.

Jisheng, Yang, Stèles. La Grande Famine en Chine, 1958-1961, Paris, Seuil, 2012 (2008).

Marrou, Henri-Irénée, De la connaissance historique, Paris, Seuil, 1954.

Mendelsohn, Daniel, The Lost. A Search for Six of Six Million, New York, HarperCollins, 2006 (trad. Les Disparus, Paris, Flammarion, 2007).

Morin, Edgar, Vidal et les siens, Paris, Seuil, 1989.

Nora, Pierre (dir.), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987.

Ricœur, Paul, Histoire et vérité, Paris, Seuil, coll. « Points Essais », 1955.

Stora, Benjamin, Les Trois Exils. Juifs d’Algérie, Paris, Hachette littératures, 2008.

Informations sur Ivan Jablonka

– page personnelle Pléiade-CRESC : http://bit.ly/1hj9H3i

– page personnelle La vie des idées : http://www.laviedesidees.fr/_Jablonka-Ivan_.html

– à propos de son ouvrage Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus : Ivan Jablonka, fils d’orphelin | L’Histoire http://bit.ly/1hj9ptm

 

  • Catherine RUCHON et Marie-Anne PAVEAU, Université de Paris 13, EA Pléiade

Le discours rapporté, une réponse à la violence du viol et du deuil

L’analyse du discours, parce qu’elle travaille sur des corpus empiriques et non fabriqués, peut parfois se pencher sur des discours difficilement audibles et/ou lisibles sur le plan éthique, émotionnel ou moral. On présentera ici des travaux impliquant deux types de violence, le deuil et le viol.

Catherine Ruchon présentera une réflexion sur le discours médical tel que le rapportent les parents endeuillés. La violence de ces discours n’est perceptible que par cet effet ricochet du discours rapporté, effet qui se répercute sur la chercheuse, par un effet de projection et une forme d’empathie. Cette empathie semble ouvrir une voie d’accès aux émotions éventuellement perçues et transmises par les agents énonciateurs des corpus analysés.

Catherine Ruchon s’appuiera notamment sur les travaux de Catherine Kerbrat-Orecchioni pour exposer la difficulté (l’impossibilité ?) d’« observer » l’émotion dans un corpus et sur le concept de « bonheur conversationnel » d’Antoine Auchlin pour aborder le thème du malentendu discursif.

Marie-Anne Paveau observera un corpus natif en ligne ayant trait au viol, le tumblr Project Unbreakable, consacré, de manière tout à fait spécifique et singulière, à la parole rapportée des violeurs : sur ce blog sont publiées des photographies représentant des femmes (ou des hommes, très minoritaires) tenant une pancarte où elles ont rapporté les paroles de leur violeurs pendant leur viol. Les marques très explicites de discours rapporté, comme les guillemets ou les jeux typographiques, encadrent leur désir ou besoin de parler dans un but de réappropriation du pouvoir sur leur corps notamment (Butler 2002, 2004) et leur volonté de protéger les autres femmes par la publication douloureuse de leur parole. Devant ce corpus, qui relève d’une parole produite en ligne par des corps-discours (Paveau 2014), la chercheuse doit faire quelque chose de son émotion, de sa souffrance empathique, de  sa colère et de son dégoût également.

Références

Auchlin Antoine, 1991, « Le bonheur conversationnel : fondements, enjeux et domaines », Cahiers de linguistique française, N°12, Genève, Université de Genève : 103-126.

Auchlin Antoine, 2000, « Grain fin et rendu émotionnel subtil dans l’observation des interactions : sur le caractère “trans-épistémique” des attributions d’émotions », dans Plantin, Doury et Traverso (eds), Les émotions dans les interactions, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, coll. « Éthologie et psychologie des communications » : 197-207.

Butler J., 2002 [1997], La Vie psychique du pouvoir. L’Assujettissement en théories [The Psychic Life of Power], préface de Catherine Malabou, traduction de Brice Matthieussent, Paris, Leo Scheer.

Butler J., 2004 [1997], Le Pouvoir des mots. Politique du performatif [Excitable Speech: A Politics of the Performative], traduction de Charlotte Nordmann avec la collaboration de Jérôme Vidal, Paris, Editions Amsterdam.

Kerbrat-Orecchioni Catherine, 2000, « Quelle place pour les émotions dans la linguistique du XXe siècle ? », dans Plantin, Doury et Traverso (eds), Les émotions dans les interactions, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, coll. « Éthologie et psychologie des communications » : 33-74.

Paveau M.-A. 2014 (à par.), « Quand les corps s’écrivent. Discours de femmes à l’ère du numérique », dans Bidaud É. (dir.), Recherches de visages. Une approche psychanalytique, Paris, Hermann.

Informations sur Catherine Ruchon

– carnet de recherche : http://materdolorosa.hypotheses.org/

Informations sur Marie-Anne Paveau

– page personnelle Pléiade-CENEL : http://bit.ly/1gwSSjK

– carnet de recherche : http://penseedudiscours.hypotheses.org/

 

 

 

 

 

 

Parution : Variations contemporaines autour de Shylock

Cher(e)s collègues,

La société savante RADAC a le plaisir de vous annoncer la parution d’un numéro hors série de sa revue Coup de Théâtre intitulé Variations contemporaines autour de Shylock. Ce numéro contient deux pièces inédites en français de Julia Pascal et Arnold Wesker, ainsi qu’un entretien entre les deux auteurs. (voir le sommaire ci-dessous).

Vous pouvez commander l’ouvrage au prix de 20 euros en téléchargeant le bon de commande depuis la page d’accueil de notre site Internet : http://www.radac.fr.

VARIATIONS CONTEMPORAINES AUTOUR DE SHYLOCK
Anne Etienne / Agathe Torti-Alcayaga (Ed.)

Avant-propos
Susan BLATTES (p. 5)

Introduction
Anne ÉTIENNE et Agathe TORTI-ALCAYAGA (p. 7)

Arnold Wesker, Shylock
texte français d’Anne ÉTIENNE et Raymond GARDETTE (p. 13)

Julia Pascal, Le Marchand de Venise : La Pièce de Shylock
texte français d’Agathe TORTI-ALCAYAGA (p. 113)

Interview between Arnold Wesker and Julia Pascal
conducted by Anne ÉTIENNE for RADAC (p. 205)

Traduction française de l’entretien entre Arnold Wesker et Julia Pascal.
Texte français d’Anne ÉTIENNE et Agathe TORTI-ALCAYAGA (p. 229)